Archives pour l'étiquette femme

Femmes en TI : libérer l’ambition pour transformer notre monde

Grace Hopper, conceptrice du langage COBOL.
Grace Hopper, conceptrice du langage COBOL.

 

Initialement publié dans le blogue de Direction informatique, le 11 mai 2015.

La conférence 2015 Femmes en TI, organisée par le Réseau Action TI et ses partenaires, avait lieu la semaine dernière. Alors que la difficulté de se faire une place dans un univers surtout masculin était l’un des principaux sujets de discussion l’an dernier, c’est le thème de l’ambition féminine qui a été à l’honneur cette année.

La présence des femmes dans le secteur des technologies de l’information (TI) a une multitude de visages et se manifeste de bien des façons. Pourtant, elles y demeurent peu représentées : on compte deux femmes pour huit hommes en TIC au Québec, selon le Diagnostic sectoriel 2015 de TECHNOCompétences.

La question était donc de savoir quels moyens prendre pour faire changer cette statistique.

1. Bâtir et entretenir notre réseau

Isabelle Hudon, chef de la direction de la Financière Sun Life Québec et présidente d’honneur de la conférence, a lancé avec humour : « le réseautage est un sport extrême où les hommes excellent ».

Généralement très actives sur les réseaux sociaux, nous, les femmes, semblons en effet beaucoup moins enclines que les hommes à développer des relations professionnelles ou d’affaires. C’est une compétence qu’il faut pourtant maîtriser afin d’accéder à des projets et des responsabilités qui constituent autant de défis que d’apprentissages.

2. Sortir de notre zone de confort

À la fin de ses études de mathématiques, Joanne L. Martin a dû se documenter sur le « benchmarking » (analyse comparative en français) après avoir décroché son premier emploi. Elle s’est ensuite hissée à la fonction de responsable de la sécurité des systèmes d’information et vice-présidente en risques TI chez IBM. Aujourd’hui retraitée, elle a insisté sur la nécessité de prendre des risques pour saisir les occasions : « You don’t need a detailed map. Chance will happen. But you have to be willing to take risks ».

Il faut donc compter sur notre expertise, nos compétences clés, et continuer à apprendre en n’hésitant pas à relever de nouveaux défis. Pour Marie-Josée Lamothe, qui est directrice générale en stratégie de marques pour Google Canada, cette philosophie devrait logiquement nous forcer à « sortir de notre zone de confort quand tout va bien. »

3. Embrasser la complexité des projets numériques

Protection des données personnelles, prévention des risques, visualisation de données : les projets numériques, on le voit, réunissent à présent plusieurs métiers et relèvent souvent de plusieurs unités d’affaires. La plupart d’entre nous avons déjà les compétences requises pour faire face à la complexité des interactions à dimensions multiples.

4. Changer la culture: de la tradition à la diversité

Et si nous mettions notre différence à profit pour transformer nos organisations ainsi que les pratiques relatives aux métiers des TIC? Selon Caroline Deguire, directrice générale de l’Association québécoise des informaticiens et informaticiennes indépendants (AQIII), nous avons « les compétences pour contribuer à changer la façon de concevoir et de produire en TI ».

5. Libérer notre ambition

Isabelle Hudon, Marie-Josée Lamothe, Kim Tomassin (associée directrice chez McCarthy Tétrault), Isabelle Marcoux (présidente du conseil de Transcontinental) et Sophie Brochu (présidente et chef de la direction de Gaz Métro) en sont à la deuxième phase de l’Effet A, un projet qui vise à soutenir l’ambition de femmes d’âges et de milieux différents. Selon elles, l’ambition est légitime et doit être encouragée chez les femmes. Perçue par certain(e)s comme la manifestation d’un opportunisme centré sur des intérêts personnels, l’ambition a davantage le sens d’une force de contribution personnelle à la mission d’une organisation ou aux aspirations d’une collectivité.

Le pouvoir de transformer notre monde

Ce sont les mots d’un homme que je reprendrai en guise de conclusion. Dominique Fagnoule, premier vice-président à la direction en TI à la Banque nationale du Canada, a livré ce constat très juste : « les TI ne font pas le changement. C’est la diversité qui est porteuse de changement ».

Oui, les femmes ont un rôle important à jouer dans la transformation des TI.

Au lieu de nous questionner sur les raisons pour lesquelles on y retrouve encore si peu de femmes, misons plutôt sur ce qui pourrait les y attirer.

Les femmes en TIC et le syndrome de l’imposteur

Initialement publié dans le blogue de Direction informatique, le 23 mai 2014.

Hedy Lamarr - Actrice, productrice et inventrice.
Hedy Lamarr – Actrice, productrice et inventrice d’un système de codage des transmissions (GPS, Wi-Fi)

Pourquoi hésitons-nous, nous les femmes, à faire notre place dans le domaine des TI? Notre présence en plus grand nombre dans les technologies de l’information et des communications (ce dernier élément est trop souvent omis) représenterait pourtant une opportunité de transformation pour un secteur qui, comme tant d’autres, doit s’adapter à la nouvelle culture et aux usages numériques. Le 14 mai dernier, le Réseau Action TI se penchait sur cette question lors de la soirée Femmes en TI : place au leadership qui était organisée dans les bureaux montréalais de Google. Une conférencière et cinq panélistes étaient invités à partager leurs expériences et perspectives sur les enjeux d’une plus grande mixité dans le domaine des TIC. Pourquoi les femmes y sont-elles toujours aussi peu nombreuses, alors qu’elles ont déjà investi d’autres domaines où elles étaient minoritaires et que le web a élargi l’accès aux outils de conception numérique? Voici quelques pistes de réponses.

Diminution généralisée des inscriptions en TIC

D’abord, il ne faut pas sous-estimer la tendance générale : selon les statistiques publiées par TechnoCompétences, près de 12 ans après l’éclatement de la bulle techno, le bassin d’étudiants inscrits en TIC n’est pas encore remonté au même niveau et ce, malgré une demande toujours croissante. Si la filière attire moins les garçons, il n’est guère étonnant que les filles ne s’y précipitent pas non plus.

Mode d’apprentissage à adapter

Ensuite, il faudrait s’intéresser d’un peu plus près aux milieux d’apprentissage. Si la programmation informatique ne semble pas très attrayante pour les femmes, c’est peut-être parce que l’enseignement actuel ne convient pas à bon nombre d’entre elles. L’approche décontractée des groupes d’apprentissage Ladies Learning Code, plus pratique et moins compétitive, apporte peut-être une piste de solution.

Environnement de travail inclusif

Le monde du travail et les entreprises s’adaptent progressivement aux spécificités et aux attentes d’une main-d’œuvre plus diversifiée. Cette adaptation est-elle plus lente à se concrétiser dans le secteur des TIC ? Certaines entreprises, comme Google Montréal ou Desjardins, ont modifié leurs environnements de travail et leurs programmes de développement professionnel afin d’attirer des candidatures de choix parmi les femmes intéressées à faire carrière dans le domaine.

De l’informatique au numérique

Dans une perspective strictement technologique, il y a effectivement peu de femmes qui programment. Mais dans une perspective plus large, celle des projets numériques, elles sont nettement plus nombreuses : chargées de projets, analystes d’affaires, conceptrices d’interfaces, ergonomes, pour ne nommer que quelques fonctions. Parmi les conférencières et panélistes, Viviane Gravel, entrepreneure en série (Metix Capital), Luce Julien, journaliste (Radio-Canada), Nancy Naluz, coordonnatrice de formation (Ladies Learning Code), Maha Lebbos, chef de produits (Pages Jaunes) et Danielle Savoie, gestionnaire (Desjardins) ne sont pas issues de l’informatique, mais elles détiennent cependant la diversité d’expertise et de perspective que requièrent les organisations à présent pour innover et se renouveler.

Le syndrome de l’imposteur

Si la programmation n’est pas l’unique voie d’accès et de réussite des femmes dans les métiers du numérique, certains croient que sa maîtrise est une compétence essentielle pour qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle au sein de l’équipe. À la soirée Femmes en TI : place au leadership, certaines panélistes ont évoqué cette impression de ne pas se sentir à leur place, de ne pas avoir ce qu’il faut pour occuper un poste convoité, de ne pas être assez performante. Ce « syndrome de l’imposteur » évoqué par l’une d’entre elles serait probablement moins susceptible de se manifester dans un milieu de travail plus ouvert à la diversité des compétences et des pratiques. Ceci dit, chacun sait que le secteur des technologies de l’information et des communications n’échappe pas à la vague de changement qui affecte la plupart des activités humaines. Les problèmes et les solutions étant de plus en plus complexes, il faut multiplier les perspectives, concevoir et travailler dans une plus grande interdisciplinarité. La mixité est probablement l’un des moyens permettant d’y arriver. Quelle vision du secteur des TIC préférez-vous : traditionnelle et monoculturelle ou transformatrice et diversifiée?