Archives par mot-clé : culture

Faire parler les images: repérabilité et interopérabilité des métadonnées

Indexation participative d'une photographie.
Indexation participative d’une photographie. Photogestion [CC BY-SA 4.0], Wikimedia Commons
Je mentionnais dans un précédent billet sur le rayonnement des offres  culturelles  que « des images qui parlent et font du lien » facilitent le travail des moteurs de recherche.

Les images sont des éléments d’information et des données. Elles améliorent le repérage d’entités (personnes, organisations, œuvres, lieux, événements) dans des pages web. Elles contribuent au développement de nouveaux parcours de découverte. À titre d’exemple, nous pouvons mentionner le moteur de recherche Google Images (créé en juillet 2001) et Wikimedia Commons où sont déposées un nombre grandissant d’images, dont celles de galeries d’art, pour en favoriser la réutilisation.

Voici deux annonces récentes qui devraient sensibiliser les éditeurs de sites web et professionnels du numérique à l’importance de documenter les images et/ou d’adopter de meilleurs pratiques.

IIIF (International Image Interoperability Framework)

D’abord, le mois dernier, IIIF annonçait que l’annotation des images s’étend désormais aux images des contenus audio et images en mouvement (vidéo, film). De plus, lIIF rend son modèle compatible avec l’écosystème des données liées en passant du modèle Open Annotation aux standards du Web (W3C Web Annotations) et en facilitant l’usage du langage JSON-LD pour exprimer les données. IIIF est un format de transmission de données: il ne permet pas de gérer des collections.

A critical element of this release is the ability to move beyond static digital images to present and annotate audio and moving images. This is done by adding duration to the existing IIIF canvas model, which also features x and y coordinates as means of selecting and annotating regions. Now, images and video can be juxtaposed using open source software viewers — allowing the public to view time-based media in open source media players, and allowing researchers to use open assets to create new tools and works including critical editions, annotated oral histories, musical works with thematic markup, and more.

IIIF Announces Final Release of 3.0 Specifications

Google Images

Cette semaine, Google dévoilait une nouvelle fonctionnalité qui permet de spécifier les informations relatives à la licence d’utilisation d’une image: licence payante, Creative Commons. Cette fonctionnalité permet d’utiliser le langage de balisage Schema.org (appelé « données structurées » par la plateforme) ou les métadonnées IPTC qui sont incrustées dans les fichiers des photos numériques.

L’un des moyens permettant d’indiquer à Google qu’une image peut être concédée sous licence consiste à ajouter des champs de données structurées. Ces données structurées représentent un format normalisé permettant de fournir des informations sur une page et de classer son contenu.

Licence d’image dans Google Images (BÊTA)

 

Découvrabilité = Repérabilité + Accessibilité + Interopérabilité

Standards W3C: repérabilité, accessibilité, interopérabilité

Traditionnellement, des réponses sont retrouvées à partir d’une collection de documents ou d’un graphe de connaissances.
(«Traditionally, answers have been retrieved from a collection of documents or a knowledge graph», Google AI Blog)

Traditionnellement

Ce mot est ici associé à «graphe de connaissances»: une technologie et des pratiques documentaires que nous ne maîtrisons pas. Cette association, signale l’ampleur de l’écart entre notre conception des systèmes d’information, qui a peu évolué depuis l’invention des bases de données (pré Web), et le développement de graphes de données interconnectables (entité-relation) permettant, depuis plusieurs années déjà de raisonner sur des connaissances.

Découvrabilité

Je préfère ne plus employer le terme « découvrabilité » car il porte l’illusion de pouvoir pousser des contenus sur les écrans des utilisateurs, comme à l’époque d’avant Internet. Cet espoir, qui façonne la plupart de nos projets connectés, est probablement la source de leur plus grande faiblesse.

Afin de faire évoluer nos usages du Web, il faut que nos initiatives numériques aient d’autres objectifs, plus concrets et vérifiables, que la découvrabilité. Ce mot trahit notre incapacité à faire évoluer notre compréhension du Web face à des entreprises qui se sont constituées en misant sur ses possibilités ultimes.

S’agit-il d’une caractéristique de l’information ou d’une activité de promotion? « Découvrabilité » est un néologisme dont nous n’arrivons pas à rapporter le sens à un savoir commun. Et pour cause: chaque spécialiste ou consultant l’adapte à ses compétences et à sa capacité d’intervention. L’absence de définition commune et précise ne facilite donc pas la convergence des initiatives numériques.

Je crois que nous aurions intérêt à remplacer ce concept flou par trois objectifs concrets pour lesquels il existe des connaissances formalisées et des outils pratiques: repérabilité, accessibilité et interopérabilité.

Repérabilité

Information documentée de façon à pouvoir être identifiée et localisée le plus aisément possible (architecture du site web, taxonomie, métadonnées). Synonyme: trouvabilité.

Accessibilité

L’information se trouve dans le Web et est accessible tant aux humains (contenu ouvert) qu’aux machines et algorithmes (indexation par les moteurs de recherche). L’accessibilité du web, qui vise initialement à permettre aux personnes handicapées d’accéder aux contenus et services web, est l’une des composantes de l’accessibilité numérique.

Interopérabilité

L’information est exprimée selon les standards universels, libres et ouverts d’accessibilité et de lisibilité pour les humains et les machines (protocole de communication HTTP, adressage URL, langage HTML). Voir ses enjeux, principes et typologies présentés dans Wikipedia.

***

Le Web est la seule plateforme permettant de publier de l’information de façon repérable, accessible et interopérable par qui ou quoi que ce soit. C’est pour cette raison que l’amélioration de la découverte d’offres et de contenus, dans un monde numérique, dépend de la structure de l’information publiée sur les sites web.

Dans le prochain billet, nous verrons pourquoi il faut revoir la façon dont nous concevons nos sites web et ce que tous devraient savoir pour adopter de nouvelles bonnes pratiques.

Et si le rayonnement des offres culturelles passait par de meilleurs sites web ?

Illustration du concept de pertinence dans un écosystème numérique
Concept de « pertinence », dans un écosystème numérique. GinsuText [CC BY-SA 3.0], Wikimedia Commons
Favoriser la visibilité des contenus culturels québécois en ligne n’est pas une question de technologie. Les solutions technologiques, quelles qu’elles soient, ne peuvent améliorer la qualité de l’information. À ce titre, je ne parle pas des bases de données. Leur absence de traitement documentaire adéquat est connue. Je parle du contenu de sites web que même la présence de balises Schema n’arrive pas à rendre plus exploitable par des moteurs de recherche.

Structurer l’information autour d’entités repérables

Pourtant, plus de vingt ans après la naissance du web, la conception de sites est encore largement influencée par la production de documents imprimés.  Si la forme et le design se sont adaptés aux modes et aux supports, la structure et la conception de l’information n’ont pas bougé. Nos sites sont encore conçus pour être lus par des humains.

Voici quelques éléments qui sont essentiels pour faciliter le repérage d’entités (personnes, organisations, œuvres, lieux, événements) par des moteurs de recherche et autres applications.

Un site pour être dans le web

Un site web est au centre d’un écosystème numérique. C’est une adresse où se trouve de l’information accessible selon des standards universels et ouverts. C’est également un espace de publication qui n’est pas assujetti à d’autres objectifs que ceux de son propriétaire. Constitué de pages et de documents reliés entre eux et à d’autres sites web par des hyperliens, il peut se trouver sur le parcours d’utilisateurs et de moteurs de recherche. Un site web marque l’existence d’une entité dans cette application qui opère sur l’Internet et qui s’appelle le Web.

Ne compter que sur des réseaux sociaux pour avoir une présence numérique est une pratique qui réduit le potentiel de rayonnement et de découverte de nos contenus culturels.

Une URL pour chaque offre

Le développement des moteurs évolue rapidement vers le repérage et l’interprétation d’entités nommées (noms propres ou expressions définies comme un événement) dans des données non structurées. Pour faciliter le repérage d’un événement ou d’une œuvre, il faut lui attribuer une page spécifique. Publier plusieurs offres dans la même page ne permet pas à une machine de traiter adéquatement l’information qui y est présente. L’unicité et la persistance de l’URL signalent la présence d’une entité «événement» ou «œuvre» qui est liée à l’entité organisation.

Des mots qui connectent avec des publics

L’intégration des balises du vocabulaire Schema.org permet d’identifier des types d’offres. Leur usage ne permet cependant pas aux moteurs de recherche de différencier une offre d’autres offres similaires. Ce sont alors des mots (description, titre, caractéristiques) qui peuvent générer des liens entre l’information recherchée par des utilisateurs et les données non structurées qui sont présentes dans la page web.

Le choix des mots employés est stratégique parce que ceux-ci peuvent être utilisés pour fournir une réponse plus précise à une question (et cela, tant dans le contenu d’une page que dans le balisage qui est intégré dans son code HTML). Il s’agit d’établir des connexions avec les vocabulaires et intérêts des publics cibles et de rendre le contenu indexé unique ou le distinguer d’autres contenus similaires.

Des images qui parlent et font du lien

Parmi les conditions qui facilitent le traitement de l’information par les moteurs de recherche, on ignore trop souvent celles qui concernent les images. Une page qui comprend une image sera préférée à une autre qui n’en a pas. Si des liens, dans le code HTML de la page, fournissent un accès à des fichiers contenant trois résolutions de cette image (1X1, 4X3, 16X9), le contenu sera assurément exploitable. dans des résultats de recherche et sur de petits écrans. Notez que l’optimisation des images est automatiquement prise en charge par certains systèmes de gestion de contenu et certains thèmes de  WordPress.

Nommer le fichier d’une image en utilisant des mots qui sont pertinents avec la description de son contenu en facilite l’exploitation et la gestion.

Des liens pour relier des entités nommées

Ne pas faire de liens, hors d’un site web, afin d’y retenir les internautes nuit au rayonnement. Le déploiement de liens entre les acteurs concernés par la création, production et diffusion d’un contenu culturel souligne la présence numérique de chacun. La simple présence de liens vers des sources d’information externes enrichit l’information tout en favorisant des découvertes. Par exemple, relier des entités nommées autour d’une production audiovisuelle (œuvres musicales, lieu historique, réalisatrice et d’acteurs) améliore leur potentiel d’être découvertes par des humains et des machines.

Des sites web pour construire un réseau d’hyperliens

Le rayonnement et la découverte de nos contenus culturels sur le web dépendent, avant tout, de l’organisation et de la structure de l’information sur nos sites web. Ne pas avoir son propre site, c’est ne pas faire partie du web ouvert, interopérable et de plus en plus interprétable par des machines. C’est également laisser à d’autres le soin de parler de vous. Mais, c’est surtout, renoncer aux moyens les plus simples et accessibles (vous rappellez-vous les blogolistes ou « blog roll » ?) que nous ayons pour relier les personnes, les organisations, les œuvres, les événements et les lieux, sur nos territoires et sur tout le Québec.

Mais si l’amélioration de la qualité de l’information numérique repose sur de meilleurs sites web, faudrait-il alors revoir les programmes de financement qui en excluent le développement ?

Les acteurs culturels doivent-ils devenir spécialistes de l’information numérique ?

Les fournisseurs de services web ne sont-ils pas en première ligne lorsqu’il s’agit de conseiller et de réaliser des projets pour les acteurs culturels ? La même question se pose concernant les exigences de découvrablité des programmes de financement. Où sont les compétences nécessaires pour offrir un accompagnent qui soit susceptible d’apporter des améliorations notables ?

Nécessaire mise à jour des connaissances et des programmes de formation

En l’absence de connaissances formalisées et de méthodes pédagogiques pour améliorer la littératie de l’information numérique (car c’est bien de cela dont il s’agit), le milieu culturel est laissé à lui-même. Il fait face à une variété d’interprétations, d’approches et de propositions stratégiques et technologiques dont il n’est pas en mesure d’évaluer l’exactitude, la pertinence ou le rendement potentiel.

Il serait donc urgent de réunir des représentants des domaines des sciences de l’information et des technologies numériques, des secteurs industriels et académiques,  afin de proposer une mise à jour des compétences et des formations.

Découvertes culturelles: au-delà du marketing et du techno-solutionnisme

Wikipedia as a marketing tool, livre sur Google Books
Les utilisateurs préfèreraient-ils une encyclopédie ou un répertoire commercial?

Notre focalisation sur le marketing et les solutions technologiques est-elle un risque pour la diversité culturelle ? L’absence de vision partagée et la course aux résultats  peuvent-elles faire perdre aux acteurs de la culture la maîtrise stratégique des choix en matière de diffusion et d’accès ?

Nous espérons des solutions mécanistes qui accroîtront la consommation en imposant des offres culturelles à la façon des vieux modèles publicitaires. La mise en données de contenus culturels ne doit pas nous faire oublier qu’il appartient à chacun de réaliser la partie la plus stratégique d’un projet numérique : décider de la façon dont une chose (une œuvre, par exemple) doit être documentée et déterminer ce qui la relie à d’autres informations dans le web des données.

L’emploi du mot « initiative », de préférence à « projet », souligne l’importance de la démarche et des apprentissages, par rapport à la livraison d’un outil ou la modernisation d’un système. Voici comment nos initiatives pourraient être plus marquantes.

Miser sur l’éducation et l’accès à la culture

Le marketing peut entraîner la consommation de produits et services culturels, mais ce sont l’éducation et l’accès à la culture qui peuvent faire découvrir et apprécier la culture.  Or, il faudrait une plus grande porosité entre les politiques et projets éducatifs et culturels pour miser sur l’environnement familial et social pour faire connaître la culture.

Il faudrait également donner un rôle plus actif, dans nos plans et initiatives numériques, aux médiateurs de proximité que sont les professionnels des bibliothèques publiques et scolaires.

Privilégier les initiatives qui favorisent la diversité

Nous cherchons, par tous les moyens,  à ce que la culture locale soit vue et consommée, de préférence à d’autres offres.  Nos propositions techniques partagent cependant les défauts des plateformes dominantes. Qu’il s’agisse de baliser des contenus pour les moteurs de recherche ou de créer de nouvelles bases de données interrogeables, la façon dont sont conçues ces  « solutions » technologiques nuit à la diversité des offres culturelles.

  • La centralisation des décisions et du traitement de l’information renforce l’uniformisation.
  • La popularité comme principal critère de sélection défavorise les contenus de niche, les cultures et langues en situation minoritaire dans un répertoire, sur un territoire ou par rapport au reste du monde.
  • L’uniformisation du traitement documentaire, par l’imposition d’une méthode de classification, de vocabulaires et de référentiels spécifiques, appauvrit la qualité de l’information. Par conséquent, elle en diminue l’intérêt et la valeur pour différents publics.  Les initiatives de  décolonisation des modèles descriptifs tentent de réparer les ravages du rouleau compresseur de l’uniformisation sur la citoyenneté culturelle des peuples autochtones.
  • Les systèmes de recommandations et de personnalisation des offres  culturelles reposent sur la similarité des produits et services ou sur la similarité des profils des utilisateurs.

Ne pas céder des choix stratégiques

À l’arrivée de l’informatique, nous avons confié l’organisation de l’information à des systèmes de bases de données, selon les termes d’entreprises. Il est temps de remettre, selon nos propres termes, cette intelligence dans nos sites web et, plus spécifiquement, dans nos catalogues, collections, répertoires,  fonds et archives. Nous ne devrions pas abandonner la création de sens et de liens à des opérateurs de plateformes et à des fournisseurs de services.

Être trouvé ou découvert et laisser des traces numériques sont les fruits d’un travail de documentation. Celui-ci est trop souvent escamoté par la recherche d’une solution technologique. De plus, les façons de décrire des productions ou des offres culturelles offrent peu de possibilité de mettre celles-ci en relation avec des intérêts et des passions.

Par exemple, les catalogues et répertoires en ligne pourraient grandement améliorer l’expérience des utilisateurs en devenant des bases de connaissances interactives et interconnectées. Il serait ainsi possible d’intégrer de nouvelles informations et des liens vers d’autres ressources grâce aux contributions de chercheurs et d’amateurs.

Documenter: laisser des traces, créer du lien et faire sa marque

Documenter la culture et rendre cette information pertinente, attrayante et utile pour divers publics et usages sont la responsabilité de tous les acteurs du milieu culturel. Il manque une méthode de travail et des outils faciles à utiliser pour réaliser, en équipe ou avec des partenaires, l’évaluation de l’information publiée sur le web et le choix des métadonnées qui feront des liens entre les offres culturelles et les publics cibles.

C’est dans cette perspective qu’a été conçu un guide destiné aux artistes et aux organisations du milieu de la danse. Cette approche, en trois étapes (stratégie, information, technologie) repousse les choix technologiques à la toute dernière étape afin de remettre la documentation de la danse à ceux et celles qui la font.

Extraits du lancement du guide Bien documenter pour favoriser la découverte en ligne, réalisé pour la Fondation Jean-Pierre Perreault, dans le cadre de l’initiative La danse dans le web des données.

Tendance zéro clic: leçons à tirer pour des initiatives plus marquantes

Wikidata - Cartographie des films et des lieux où se déroule l'action.
Wikidata, exemple de requête : cartographie des films et des lieux où se déroule l’action.

Mise à jour 2019-10-02: ajout d’un exemple récent d’initiative à fort potentiel transformateur.

La tendance zéro clic se confirme. Les moteurs de recherche fournissent dans leurs propres interfaces, des réponses, à partir de données collectées sur des sites web.  Ils sont ainsi les principaux bénéficiaires de l’information que nous structurons afin de rendre nos offres plus visibles.

Partenariat inéquitable

De plus, en développant des interfaces d’information spécialisées (voyage, musique,  musées, entre autres), ils se substituent aux agrégateurs et portails traditionnels. Cette désintermédiation est particulièrement dommageable pour les structures locales qui produisent de l’information. Celles-ci sont privées de données d’usage qui leur permettraient de mieux connaître leur marché et de s’ajuster à leurs publics.

Effacement de la diversité culturelle

Donc, lorsque nous décrivons nos offres à l’aide de données structurées, sur le modèle Schema.org, et de services comme Google Mon entreprise, nous travaillons pour des moteurs de recherche. De plus, nous nous conformons à un vocabulaire de description, une classification et une vision du monde uniques.  Ce constat est un problème pour la diversité culturelle, surtout pour les groupes ethniques et linguistiques en situation minoritaire.

Que faire ? Fournir un service minimum

Cependant, ne pas décrire  nos offres avec des balises sémantiques équivaut à refuser de faire indexer nos pages web par les robots des moteurs et, par conséquent, à rendre nos offres et nos contenus invisibles et incompréhensibles pour Google, Bing, Yahoo! et Yandex (moteur de recherche russe).

Alors, que faire pour ne pas demeurer des fournisseurs de contenus et de données (voir l’exemple des musées virtuels sur Google Arts & Culture) ?

Tout d’abord, il faudrait donner un « service minimum » aux moteurs de recherche en fournissant uniquement l’information qui est exigée pour certaines offres.  Google publie des instructions concernant les balises à renseigner, ainsi que les éléments de contenu à publier pour divers types d’offres.

Attention, Schema.org n’est qu’un vocabulaire. Ce n’est pas Google. Les moteurs de recherche exploitent les balises selon leurs propres règles. Celles-ci évoluent fréquemment, notamment, pour certains types de contenus.  Par exemple, Google annonce clairement ses préférences, dans le domaine du livre, en réservant son attention aux distributeurs qui utilisent les balises selon ses instructions.

Que faire  d’autre ? Aller vers le web des données

Nous mettons les moteurs de recherche et plateformes commerciales au centre de nos projets. Cependant, nous n’en maîtrisons pas le fonctionnement et nous n’avons aucun moyen de contrôle sur leur développement. Nous y investissons beaucoup d’efforts afin de positionner nos offres dans l’espoir d’accroître la consommation.

Et si nous élargissions notre définition de la découverte plutôt que de la centrer sur des activités de promotion? Ne pas nous limiter à la finalité économique de l’utilisation des données nous permettrait d’en embrasser le plein potentiel pour le développement de la culture et de l’éducation. Si nous choisissions de développer des initiatives en dehors des systèmes contrôlés par les acteurs dominants de l’économie numérique, nous pourrions être plus ingénieux et, finalement, créer plus de valeur pour nos propres écosystèmes.

Apprendre à jouer collectif

Il y a 25 ans, ce 1er octobre,  Tim Berners-Lee fondait le World Wide Web Consortium pour permettre à une communauté mondiale de développeurs et spécialistes divers de collaborer afin de définir des standards pour maintenir un web ouvert, accessible et interopérable pour tous.

Accroître le potentiel de la découverte passe par la décentralisation de la gestion de l’information, le partage de connaissance sous forme de données ouvertes et liées, selon les standards du web et par une redistribution plus équitable du pouvoir décisionnel. Wikipédia, Wikicommons et Wikidata, qui sont des projets de la Wikimedia Foundation, exemplifient ce modèle contributif qui donne à chacun la possibilité de participer au contenu et à la gouvernance.

Inventer d’autres formes de découverte

Tous les acteurs du domaine culturel n’ont pas les compétences et les ressources requises pour évaluer, modéliser et connecter des données avec les technologies du web sémantique. Wikidata constitue une option plus accessible: le référentiel, le mode de gouvernance et l’infrastructure n’ont pas à être développés. Ceci a pour principal avantage d’expérimenter rapidement la production et l’utilisation de données liées.

Les requêtes préconstruites qui permettent d’interroger les données de Wikidata offrent un aperçu du potentiel d’un projet contributif pour la valorisation de l’information. Par exemple, la requête 6.16 qui permet de cartographier tous les films en fonction du lieu où se déroule l’action. Lancez la requête en cliquant sur le pictogramme (flèche blanche sur fond bleu) à la gauche de l’écran. Les données des films localisés au Québec ne sont pas exhaustives et sont souvent imprécises (information incomplète, lieu fictif).

Si d’autres sources d’information étaient disponibles sous forme de données liées, on pourrait imaginer une interface où se croiseraient des images des lieux, des biographies d’acteurs et actrices ou des titres de chansons.

*** Mise à jour 2019-10-02

Voici un autre exemple d’initiative qui prend sa source hors des règles imposées par les moteurs de recherche et plateformes. Il s’agit de projets réalisés avec Wikipédia par le Musée national des beaux-arts du Québec.  Cette initiative est à la fois, une contribution du musée à la connaissance mondiale, tout en permettant à l’institution d’explorer le potentiel du liage de données, de rejoindre des publics qui ne fréquentent pas de musées et de donner prise à une culture du réseau dans l’organisation. Nathalie Thibault, archiviste au MNBAQ, en mentionne les effets marquants:

Un des impacts positifs de ce chantier a été de bonifier la présence d’œuvres dans des collections d’autres musées au Québec et au Canada dans les articles bonifiés et non pas juste le MNBAQ. Nous souhaitons collaborer avec les autres musées du Québec, car les articles améliorés sur les artistes du Québec serviront certainement à d’autres institutions muséales.

***

En conclusion, il est souhaitable que nous ayons une alternative aux grandes plateformes pour développer nos compétences et mettre en valeur nos collections, catalogues, fonds et portfolios. Il faut cependant favoriser les initiatives qui ciblent des résultats marquants et transmissibles tels que la décentralisation des prises de décision, l’abolition des silos organisationnels et la mise en commun de données.

Allons-nous vers une dette ou un déficit numérique ?

Dans un billet sur les enjeux des métadonnées, en culture, j’avais fait référence à la dette numérique. Fred Cavazza emploie cette expression pour qualifier les conséquences qui pèsent sur les organismes qui tardent à s’adapter adéquatement au changement.

Dette ou déficit numérique ? Cette question soulevée par un commentaire de Catalina Briceno, sur LinkedIn, est bien autre chose qu’un effet de style:

« notre dette numérique s’accroît »… j’espère que tu as raison. J’espère c’est bel et bien « une dette ». Cela sous-entendrait qu’il y a une capacité de « retour à niveau »… j’espère que ce n’est pas carrément un déficit… une perte pure… d’opportunités, de connaissances et de capacité d’action.

"Mind the gap", mise en garde en bordure du quai d'une gare ferroviaire.
Elliott Brown [CC BY 2.0], Wikimedia Commons
L’observation de Catalina met au jour un ensemble de questions qui témoignent de la complexité d’une problématique qui fait pression sur la culture et les médias depuis plus de 10 ans. Pour preuve, le sujet de ce billet sur le renouvellement du journalisme au secours des médias, n’a pas pris de rides.

Face aux pressions du changement, nous produisons des rapports et nous consultons.  Cependant, nous revenons invariablement aux solutions techniques et réglementaires qui font l’effet de la énième mise à jour d’un logiciel. Un logiciel qui ne serait plus ergonomique,  et  qui serait de moins en moins compatible avec de nouveaux usages et environnements.

Catalina faisait suite à ma publication, sur LinkedIn, concernant l’exploitation des données par les GAFA. Je souhaitais alors étayer un commentaire que j’avais partagé en appui à une perspective de Stéphane Ricoul, concernant la crise des médias.  Nous avons de trop rares occasions d’échanger des points de vue, hors de nos milieux respectifs. Je consigne ici, ma réponse à Catalina et les préoccupations qui accompagnent la plupart de mes missions.

Catalina, ce sera très probablement un déficit si nous persistons à financer des solutions de marketing (tablette, portail) pour résoudre des problématiques qui sont complexes et tranversales.

Nous nous contentons actuellement d’imiter les outils des entreprises qui, elles, ont investi dans du capital intellectuel et mis des années à développer d’autres modes de fonctionnement et de création de valeur.  Comment être aussi efficaces et attrayants (même pour nous, investisseurs boursiers), alors que notre compréhension du phénomène numérique est parcellaire et, trop souvent superficielle ?

Nous tentons de préserver une structure industrielle et des fonctionnements qui ne sont plus alignés sur nos propres ambitions économiques et sociales.  Parvenir, un jour, à encaisser les taxes des GAFAM, ne compensera pas l’absence de vision et la perte de connaissances.

Nos propres concurrences internes jouent contre nous, alors que nous faisons face à des entités unicéphales. Il faudrait élever le niveau de connaissances et élaborer une vision globale (et non sectorielle) et des actions transversales sur l’ensemble de nos activités.

Nous risquons, effectivement de faire face à un déficit numérique. Nous vivons dans une économie qui repose sur notre capacité à consommer toujours plus, et donc, à nous endetter. La dette (ou le déficit) numérique devient-elle, à nous yeux, aussi normale et naturelle que l’usage d’une carte de crédit pour contenter notre désir de bien-être ?

 

À quelles questions répondent vos (méta)données ?

Question: Meaning of life, the universe and everything, Douglas Adams
Capture d’écran « gVIM with 42 help », Wikimedia Commons

Mise à jour 2019-09-07: ajout, à la fin du billet, d’information concernant les cas d’usage, suite à un commentaire exprimé sur Facebook.

Produire et réutiliser des données descriptives, ce n’est pas travailler sur une solution, mais sur des questions.

Quelle est la finalité du projet ?

Comment savoir si les données d’une organisation ou d’un collectif ont un fort potentiel informationnel ? Comment ces données peuvent-elles répondre à des questions qui demandent de faire des liens entre des entités et d’interpréter des relations ?  Si ces données ne sont pas suffisamment riches en information, comment les lier avec celles provenant d’autres sources, ouvertes et privées, pour les valoriser ?

La finalité de projets de données est de générer l’information la plus riche afin de répondre à des questions à la satisfaction des publics cibles. Toute initiative devrait donc débuter par un diagnostic de la disponibilité et de la qualité des données.  Cependant, comment effectuer un tel exercice sans savoir à quels besoins répondront-elles ou, plus exactement, à quelles questions devront-elles répondre ?

Trouver les bonnes questions: la dimension cognitive des projets

La dimension cognitive des projets numériques se rapporte à la sélection, l’organisation et le traitement de l’information. Ces activités doivent réunir des perspectives et compétences diversifiées: de la connaissance du domaine et des publics à la modélisation de l’information.  Il s’agit d’un travail collaboratif qui doit être réalisé en amont de la conception technique. Cette étape est rarement bien planifiée et réalisée, faute de budget, ressources ou méthode de travail. Pourtant, elle constitue le coeur du projet.  C’est, de plus, un processus qui permet d’améliorer la littératie numérique et développer des pratiques collaboratives au sein d’une organisation et d’un partenariat.

Interroger les données: repenser les vieilles interfaces 

Les vieux modèles d’interfaces de recherche influencent notre conception des questions que nous posons aux ensembles de données.  Elles forcent les utilisateurs à formuler leurs questions en fonction de critères limités. Ces interfaces pré web qui sont encore utilisées pour donner accès au contenu de catalogues en ligne  sont nettement déclassées par la recherche en langage naturel.

Cocher des critères comme la date, l’auteur, le sujet ou le titre ont assez peu à voir avec les comportements et besoins des utilisateurs.  L’indexation des  contenus et le paramétrage du moteur de recherche des sites sont généralement peu élaborés.  Par exemple, explorer les archives du journal Le Devoir est plus intéressant à partir de l’interface de Google. Il suffit de limiter la recherche au site et d’ajouter des expressions ou, même, des questions , comme ceci: « site:https://www.ledevoir.com/  causes du changement climatique ».  On peut alors explorer les textes, images et vidéos.  Les traces de nos usages ne serviront cependant pas les intérêts du média, mais le  modèle économique du moteur de recherche.

Remplacer les cas d’usage par une approche narrative

Avant de développer de nouvelles plateformes, il y aurait place à amélioration pour répondre aux  besoins d’information spécifiques des publics et accompagner le développement de services à valeur ajoutée.

Mais trouver les bonnes questions à poser requiert une  connaissance des publics cibles et, pourquoi pas, leur participation. Pour cela, il convient de remplacer l’approche technologique (cas d’utilisation) par une approche narrative, plus concrète et plus proche du phénomène informationnel (lier des données pour raconter une histoire).

When we frame information about an object we focus attention on certain aspects of that object or its history. It’s just like choosing a new frame for a painting, which then highlights different qualities of the artwork. Framing is less about the information we feature in a label and more about how we present that information.

Le sujet de cet article dépasse le domaine muséal: What makes a great museum label?

Exploiter des données plus riches de sens

Notre relation aux contenus culturels est de l’ordre du ressenti, du goût et des intérêts. Cependant, nos bases de données et catalogues fournissent une information factuelle, organisée de façon uniforme et anodine, bien loin de la diversité des cultures et expériences humaines.  D’autres métadonnées pourraient jouer un rôle aussi important que les métadonnées classiques de type catégorie-titre-auteur, pour la personnalisation des services et pour l’analyse des données d’usage.

Sous la direction d’Yvon Lemay et Anne Klein, de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, Archives et création: nouvelles perspectives en archivistique regroupe des publications de recherche sur l’exploitation des archives dans le domaine culturel (arts visuels, littérature, cinéma, musique, arts de la scène, arts textiles et Web). Cette publication devrait être lue par quiconque souhaite réfléchir sur la mise en réseaux des données sur la culture.

Indexation – Émotions – Archives, la recherche menée par Laure Guitard, se rapporte plus spécifiquement à l’enrichissement des modèles de données par la représentation de la charge émotionnelle des contenus et objets (page 151).

l’indexation – professionnelle et collaborative – pourrait permettre d’inclure l’émotion dans la description des archives afin que cette dernière soit reconnue comme une clé d’accès aux documents

Je souligne, avec cette référence, l’importance de la recherche académique et des regards croisés entre domaines d’étude pour apporter de la profondeur à des idées. Les monocultures sectorielle,  disciplinaire et technologique nuisent à nos ambitions numériques.

Renforcer le volet cognitif des projets

Il faut revoir des modèles d’indexation de contenu, ou de production de métadonnées. Disposer de données plus riches permet d’analyser la relation de l’utilisateur au contenu, de mieux connaître les publics,  de développer des algorithmes de recommandation et, finalement, d’imaginer d’autres façons de valoriser des catalogues, fonds et répertoires.

Nous ne devons pas nous laisser démonter par la complexité des projets ou, pire: brûler de précieuses ressources en « coupant les coins ronds». Nous pouvons y faire face en mettant en commun des ressources et des expertises diversifiées et en élaborant d’autres méthodes de travail. Donnons-nous du temps, mais commençons dès maintenant.

Ajout d’information concernant les cas d’usage et l’approche narrative, à la suite d’une très bonne question posée par Frédéric Julien, sur Facebook.

Extrait du commentaire de Frédéric : 

Je ne suis par contre pas certain de comprendre ce que tu entends par « remplacer les cas d’usage par une approche narrative ». Au cours de la dernière année, j’ai eu la précieuse occasion de participer à quelques exercices de consultation auprès de créateurs et usagers de données dans le cas du projet 3R. Ce que j’y entendu a énormément contribué à ma réflexion sur les cas d’usage dans le cadre de l’initiative ANL [Un avenir numérique lié]. Ces deux méthodologies ne me semblent pas du en contradiction l’une avec l’autre (ni avec ce que tu décris dans ton billet… à moins que certains détails ne m’échappent).

Réponse:

/…/ une approche narrative permet de réaliser des cas d’usage en les mettant en contexte (le « comment »). J’emploie un terme fort, « remplacer »,  pour attirer l’attention sur une étape du projet sur laquelle se fondent beaucoup d’objectifs (et d’espoirs). C’est une étape cruciale pour la mise en relation de l’information avec des utilisateurs. Elle est trop souvent escamotée ou sert uniquement à construire des exemples de requêtes.
Suivre une approche narrative ne signifie pas raconter une histoire, mais analyser des comportements, des usages, des interfaces et des structures de données pour produire des exemples qui vont démontrer l’utilité ou la valeur ajoutée du système.
Cependant, les cas d’usage réalisés de façon habituelle (comme en informatique), portent sur le « quoi » (les données, les étiquettes à mettre) alors que les éléments de la recherche et de la découverte ne sont plus les mêmes:

  • Interrogation de données liées conçue comme des requêtes sur des BD tabulaires (où est le potentiel du liage de données?)
  • Travail de terrain très rarement réalisé avec des utilisateurs finaux, dont des non-usagers (ex: non-visiteurs de musées) et des non-amateurs de certains type d’offres (ex: films québécois).
  • Confusion entre parcours de recherche et de découverte (qu’est-ce que chercher? découvrir? comment cela se produit-il dans des contextes spécifiques, avec certains supports et chez certains types d’utilisateurs ?)

 

Produire des données : entre outils de marketing et bases de connaissances

La découverte optimisée pour les moteurs de recherche est-elle la  seule solution pour accroître la consommation de contenus culturels locaux ?  Sommes-nous à la recherche de nouveaux outils de marketing ou souhaitons-nous développer des bases de connaissances communes ?  Les résultats attendus à court terme, par nos programmes et partenaires  sectoriels, pèsent sur les choix qui orientent nos actions.

Google, je cherche un bon film à regarder

 

La découverte optimisée pour les moteurs de recherche

Google poursuit son évolution pour devenir notre principale interface d’accès à la connaissance. La tendance zéro clic est une  forme de désintermédiation des répertoires qui est similaire à celle que connaissent les sites des médias. Il y a quelques années que les réseaux de veille prédisent la transition des moteurs de recherche vers des moteurs de réponse.

Alors, est-il stratégique de baliser nos pages web avec des métadonnées (aussi appelées données structurées) pour que des machines comprennent et utilisent nos contenus dans leurs fiches de réponse ?

Améliorer le potentiel d’une information d’être repérée et interprétée par un agent automatisé est une bonne pratique à intégrer dans toute conception web, au même titre que le référencement de site web. Mais se contenter de baliser des pages  pour les seules fins de marketing et de visibilité n’est pas stratégique. Voici pourquoi:

  • Architecture de l’information conçue pour servir des intérêts économiques et culturels spécifiques.
  • Aucun contrôle sur le développement de la base de connaissances.
  • Uniformité de la présentation de l’information, quel que soit le pays ou la culture.
  • Modèle et vocabulaire descriptifs simples, mais adaptés à des offres commerciales (une bibliothèque publique est une entreprise locale).
  • Le moteur de recherche n’utilise que certains éléments du vocabulaire Schema.org et modifie son traitement des balises au gré de ses objectifs commerciaux (voir ce billet sur les mythes et réalité de la découvrabilité).

Des données pour générer de la connaissance

Les plans de marketing et de promotion ont des effets à court terme, mais ponctuels, sur la découverte. Cependant, nous devons parallèlement développer les expertises nécessaires pour concevoir de nouveaux systèmes de mise en valeur des offres culturelles et de recommandation qui répondent à nos propres objectifs. Ne pas également prioriser cette avenue, c’est accumuler une dette numérique et  accroître notre dépendance envers les plateformes et tout promoteur de solution.

Comme je l’ai souligné en conclusion d’un billet rédigé lors de recherches sur la découvrabilité et la « knowledge card » de Google, « , apprendre à documenter des contenus sous  forme de données est  une étape  vers le dévelopement de « nos propres outils de découverte, de recommandation et de reconnaissance de ceux qui ont contribué à la création et à la production d’œuvres. »

Pour cela, il faut élaborer collectivement nos propres stratégies pour faire connaître le contenu de répertoires et  rejoindre de nouveaux publics. Nous serions, alors, en mesure de concevoir des moyens  non intrusifs pour collecter l’information qui permet de comprendre la consommation culturelle.

Adopter une méthode de travail pour une réflexion stratégique

Concevoir et réaliser des projets autour de données liées (ouvertes ou non) demande un long temps de réflexion et d’échanges de connaissances entre des acteurs qui ont des perspectives différentes. L’initiative de la Cinémathèque québécoise peut être citée comme un excellent exemple de transformation organisationnelle par l’adoption d’une nouvelle méthode de travail.  Marina Gallet pilote ce projet qui vise à formaliser les savoirs communs du cinéma en données ouvertes et liées.  Elle a gracieusement partagé cette expérience lors de la dernière édition du Colloque sur le web sémantique.

Représentation de la diversité culturelle et linguistique

Il existe de nombreuses façons de décrire les oeuvres d’un album de musique ou un spectacle de danse. Pour représenter ces descriptions sous forme de données, il existe des modèles et vocabulaires pour différentes missions et utilisateurs.  Une part grandissante de ces vocabulaires est en données ouvertes et liées. Ces descriptions ne sont pas toujours structurées ou conformes aux standards du web, mais leur diversité est essentielle à la richesse de l’information. Il est vital que les vocabulaires utilisés pour décrire des offres et des contenus soient en français pour que la francophonie soit présente dans le web des données et qu’elle soit prise en compte par les systèmes intelligents.

Le Réseau canadien d’information sur le patrimoine annonçait ce printemps, la réalisation de la version française de référentiels en données ouvertes et liées. Philippe Michon, analyse pour le RCIP, explique comment ces référentiels essentiels au patrimoine culturel seront rendus disponibles en données ouvertes et liées.

Recherche augmentée: découverte selon les goût et l’expérience recherchée

Il faut cesser de reproduire des  interfaces et modes d’accès aux répertoires qui sont dépassés. On ne peut cependant améliorer la découverte sans investir le temps et les efforts nécessaires pour sortir de nos vieilles habitudes de conception.

Nos interfaces de recherche sont devenues obsolètes dès l’arrivée du champ unique des premiers moteurs de recherche. Nos stratégies de marketing de contenu pour le référencement de pages web  aident les moteurs de recherche à répondre à des questions, mais  effacent les spécificités en uniformisant l’architecture de l’information.

L’information qui décrit nos productions culturelles et artistiques est trop souvent limitée à des données factuelles. Il faut annoter des descriptions avec des attributs et caractéristiques riches et orientés vers divers publics et usages. Des outils d’analyse et de recommandation peuvent ainsi fournir de l’information ayant une plus grande valeur. Il ne faudrait pas espérer refiler ce travail à des intelligences artificielles: l’indexation automatique ne produira pas nécessairement des métadonnées utiles et pertinentes pour une stratégie de valorisation. De plus, il ne faut pas sous estimer la valeur que l’expérience humaine (éditorialisation, sélection, critique, mise en contexte) apporte à des services qui jouent un rôle prescripteur.

Soutenir le dévelopement de bases de données en graphes

La mise en valeur de répertoires et collections, ainsi que des actifs informationnels (textes, images, sons) d’organisations ne devrait plus reposer sur des bases de données classiques.  Les bases de données en graphes permettent de raisonner sur des données et de générer de la connaissance , en faisant des liens, à l’image de la pensée humaine:

Quelle est le parfum de glace préféré des personnes [qui] dégustent régulièrement des expresso, mais [qui] détestent les choux de Bruxelles ? Une base de donnée Graph peut vous le dire. Comment ? Avec des données de qualité, les bases de données Graph permettent de modéliser les données et de les stocker de la manière dont nous pensons et raisonnons dans le monde réel.

Ceci est tiré d’un bon article de vulgarisation sur les bases de données en graphe.

Choisir des méthodes de travail adaptées aux projets collectifs

Pour qu’un écosystème diversifié de connaissances (multidisciplinaire, multi acteurs) soit durable, il doit reposer sur la distribution des fonctions de production et de réutilisation des données entre des partenaires.  Il faut aussi réunir des initiatives collectives dans une démarche où le développement de connaissances et l’expérimentation ne sont pas relégués au second plan par des intérêts individuels ou commerciaux. Enfin, il faut élaborer et adopter de nouvelles méthodes de travail pour des projets collectifs.

Je reviendrai bientôt sur les éléments nécessaire pour la gestion participative d’une base de connaissances commune.

Architectures et bases de connaissances

Définir les finalités et les modalités des projets de liage de données est un long cheminement qui demande des apprentissages, des efforts concertés et du temps. Nos programmes devraient  être revus.  Mettre en place les conditions de réussite d’un projet collectif est un projet en soi. Il faut tenir compte d’un cadre de formation, d’une nouvelle méthode de travail et d’une progression dans la durée. Exiger des résultats à court terme oriente les projets vers des « solutions » et laisse peu de place à la remise en question des habitudes.

Nos initiatives doivent être conjuguées pour élaborer une architecture commune  de la connaissance.  Parce qu’elle sort du cadre de nos actions habituelles, c’est une avenue qui offre plus de potentiel, à plusieurs titres, que des stratégies de visibilité et de marketing.

Solution technologique pour problématiques complexes

Lego Color Bricks par Alan Chia
Alan Chia [CC BY-SA 2.0], Wikimedia Commons
Imiter des géants de l’économie numérique en développant une plateforme peut-il apporter des solutions aux problématiques complexes de la diffusion de contenus francophones dans une industrie traversée par de profonds changements ?

Tout récemment, une solution simple à une problématique complexe a refait surface dans le milieu culturel canadien.

Ottawa investi 14,6 millions dans une nouvelle plateforme de diffusion de contenus francophones, Le Devoir, 7 août 2019.

Mettre en avant une « solution » technologique permet trop souvent d’éviter d’épineux questionnements. Cependant, alors que les règles du jeu et les usages changent, nous ne devrions pas nous soustraire à un examen des conditions de création et de production qui sont soutenues par nos législations et programmes. Nous finissons par maintenir, tant bien que mal, des modèles qui fonctionnent de moins en moins.

Ce ne sont pas des plateformes numériques qui ont permis à Netflix et compagnie de bouleverser l’industrie. C’est d’avoir compris le potentiel du Web et pensé autrement l’accès, la distribution et la production de contenus audiovisuels, en osant remettre en question les modèles établis. Revoir des modèles et des programmes qui demeurent encore très « télévision » demande évidemment beaucoup d’ouverture, de courage et de vision, mais il faut espérer que ce soit encore possible.

Une proposition de plateforme de diffusion de contenus culturels québécois, avait émergée, en 2017.  En évitant de remettre en question les façons de faire, ce type de projet ne fait que reporter les nécessaires adaptations qu’une industrie doit entreprendre pour durer et prospérer.

Il semble que nous ayons encore beaucoup de difficulté à appréhender les problématiques de la production et de la consommation de contenus culturels dans un monde numérique. Ne serait-il pas temps d’adopter, pour les analyser,  d’autres méthodes que celles qui nous font tomber le piège des solutions simplistes ?

Données d’usage et usage des données: une étude et un souhait

Comment encadrer l’exploitation des données des internautes canadiens sur les plateformes de diffusion de contenus culturels alors que nous peinons à comprendre leur fonctionnement ?

Comprendre ce qu’il se passe

À titre d’exemple,  contrairement à une idée reçue, ce ne sont pas nos données qui ont le plus de valeur, c’est ce qu’en font les plateformes. L’analyse des données issues de nos interactions sociales et de notre utilisation des contenus leur permet de faire du ciblage comportemental et tout en développant une meilleure compréhension des produits et services à concevoir. Plus les données qui décrivent des contenus sont riches et détaillées, plus il devient alors possible d’identifier des caractéristiques susceptibles d’expliquer la relation entre l’utilisateur et le contenu. Pour cette raison, le croisement des données personnelles d’acheteurs de billets de spectacle avec une description d’offre limitée à un titre et une catégorie apportera peu d’éclairage sur les goûts, la motivation ou l’expérience recherchée.

Croisement de données descriptives et données d'usage.

C’est donc en pensant au besoin, pour les différents acteurs concernés, de développer une compréhension commune des enjeux que Destiny Tchehouali et moi avons rédigé une étude, commanditée par la Coalition pour la culture et les médias (CCM). Professeur et chercheur en communication internationale, à l’UQAM, Destiny est président du conseil d’administration d’ISOC Québec, organisme dont je fais également partie à titre d’administratrice.

Intitulée « Données d’usage et usage des données à l’ère des plateformes », cette étude à été réalisée dans le contexte de l’examen du cadre législatif de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Elle dresse un état des lieux des principaux enjeux et défis liés à l’accès, à l’utilisation et à la gouvernance des données d’usages des plateformes de diffusion culturelle. Pour conclure, nous avons dégagé des pistes de recommandations pour un meilleur encadrement de l’utilisation des données:

  • Souveraineté numérique et responsabilité en matière d’accès et de collecte des données d’intérêt public
  • Concurrence, innovation et accès aux services
  • Neutralité d’Internet
  • Découvrabilité du contenu canadien et promotion de la diversité des expressions culturelles

Mieux apprendre un sujet complexe

Participer à cette étude m’a permis de constater, une fois de plus, la nécessité,  pour tous les acteurs du domaine culturel et tous ceux qui participent à l’élaboration de politiques publiques, de maîtriser des connaissances qui sont fondamentales pour rattraper notre retard numérique. Je ne fais pas référence à des outils et usages qui peuvent être enseignés au cours de sessions d’information. Je fais plutôt le souhait d’un programme avec une approche intégrée des volets stratégiques, technologiques, cognitifs et organisationnels  de l’information dans un monde numérique.