Machinerie (chaîne de montage)

Découvrabilité: des métadonnées, oui, mais dans quel but?

Machinerie (chaîne de montage)
Machine à produire des résultats. Tetra Pak [CC BY-SA 2.0], Wikimedia Commons
Il faut encore le répéter: produire des métadonnées n’est pas une stratégie et se contenter d’intégrer des balises Schema.org dans une page web ne garantit pas nécessairement la découvrabilité d’une offre. À l’inverse, par contre, une bonne stratégie permet de choisir les bons outils et les bonnes métadonnées.

Retour sur des notes prises en lisant des propositions de projets numériques.

À la recherche de la stratégie perdue

L’absence de réflexion stratégique est le talon d’Achille de la plupart des propositions de projets et de plans de découvrabilité. Pourtant, qu’il s’agisse de baliser des types de contenu à l’intention des moteurs de recherche ou de décrire des ressources dans un catalogue en ligne, la production de métadonnées utiles s’appuie sur la connaissance des publics cibles et des résultats recherchés.

La meilleure façon d’évaluer le résultat des efforts déployés pour qu’une offre ou un contenu rejoigne ses publics est de fixer des objectifs mesurables et réalistes. Et pour cela, il faut avoir élaboré une stratégie basée sur la connaissance du marché, des opportunités et des contraintes propres à l’organisation.

Les connexions entre votre offre et ses publics cibles

Les algorithmes des plateformes évoluent vers une personnalisation accrue des réponses qu’elles proposent en s’appuyant sur les profils de leurs utilisateurs. Nos sites web devraient faire de même en fournissant des éléments d’information qui « parlent » aux publics cibles et qui, conséquemment, facilitent le travail des moteurs de recherche.

Petit rappel: nous découvrons de l’information sur l’interface d’un moteur de recherche, mais c’est celui-ci qui la trouve. Et cela, en fonction d’un traitement algorithmique fondé sur :

  • la popularité (ou l’autorité) des contenus;
  • leur similarité avec le profil et l’historique de navigation de l’utilisateur.

Avant de tout miser sur des métadonnées

Voici quelques éléments clés sur lesquels réfléchir avant de déterminer les activités à réaliser dans le cadre d’un plan de découvrabilité:

  • Peu importe les activités évoquées par le terme, la découvrabilité ( n’est mesurable qu’à l’aide des objectifs déterminés par la stratégie. Pas de stratégie: pas d’objectifs donc pas d’évaluation des résultats. Et cela s’applique autant à une stratégie de promotion qu’à des initiatives de mutualisation de données et de modélisation de connaissances pour le web sémantique.
  • Les moteurs de recherche ne sont que l’un des vecteurs de la découverte. Celle-ci n’advient pas que par l’entremise de machines car la recommandation est encore largement sociale — réseaux sociaux, réseaux professionnels et académiques, bibliothécaires, libraires, médias et publications spécialisées. Les métadonnées ne sont que l’un des moyens à mettre en œuvre, au même titre qu’une page Facebook ou une chaîne YouTube, au service d’une stratégie.
  • Se contenter d’intégrer des balises ne permet pas aux moteurs de recherche de fournir aux utilisateurs les réponses correspondant le plus à leurs profils ni de différencier une offre au sein d’une même catégorie, comme des événements, par exemple.
  • Les deux cotés d’une même page :
    • Métadonnées dans le code HTML: les modèles Schema.org permettent aux moteurs de recherche de catégoriser des types de contenu.
    • Données dans le contenu d’une page web: certains éléments d’information repérables, tels que des entités nommées et des mots clés, facilitent la contextualisation et la personnalisation des résultats de recherche.
  • Il faut se tenir bien informé de l’évolution du moteur de recherche et de ses consignes d’utilisation avant d’indexer des offres avec Schema.org. Les objectifs de Google varient dans le temps, selon les types de contenu et selon les ententes qu’il conclut avec certaines grandes sources de données, comme par exemple, des plateformes musicales.
  • Un site web qui fournit de l’information structurée pour des machines et qui contribue à un écosystème de liens utiles pour des humains est un excellent investissement stratégique.
  • Tous les acteurs de l’écosystème numérique d’une offre culturelle contribuent au rayonnement de celle-ci par l’information offerte sur leurs sites web . Ceux-ci participent également au déploiement d’un réseau d’hyperliens fournissant des données contextuelles aux moteurs de recherche et des parcours de découverte aux humains.
  • Un bon plan de découvrabilité résulte d’une connaissance des publics cibles et de l’utilisation réfléchie et coordonnée de différents outils: référencement, modèles Schema.org, contributions à Wikipédia et Wikidata, publications sur des réseaux sociaux, campagnes de promotion et publicité.

Il n’existe pas de recette gagnante: une stratégie de visibilité et de rayonnement est spécifique à chaque projet. Le succès d’un plan découvrabilité dépend de choix qui sont alignés sur cette stratégie afin de publier la bonne information, dans le bon format, au bon endroit et pour le bon public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.