Illustration du concept de pertinence dans un écosystème numérique

Et si le rayonnement des offres culturelles passait par de meilleurs sites web ?

Illustration du concept de pertinence dans un écosystème numérique
Concept de « pertinence », dans un écosystème numérique. GinsuText [CC BY-SA 3.0], Wikimedia Commons
Favoriser la visibilité des contenus culturels québécois en ligne n’est pas une question de technologie. Les solutions technologiques, quelles qu’elles soient, ne peuvent améliorer la qualité de l’information. À ce titre, je ne parle pas des bases de données. Leur absence de traitement documentaire adéquat est connue. Je parle du contenu de sites web que même la présence de balises Schema n’arrive pas à rendre plus exploitable par des moteurs de recherche.

Structurer l’information autour d’entités repérables

Pourtant, plus de vingt ans après la naissance du web, la conception de sites est encore largement influencée par la production de documents imprimés.  Si la forme et le design se sont adaptés aux modes et aux supports, la structure et la conception de l’information n’ont pas bougé. Nos sites sont encore conçus pour être lus par des humains.

Voici quelques éléments qui sont essentiels pour faciliter le repérage d’entités (personnes, organisations, œuvres, lieux, événements) par des moteurs de recherche et autres applications.

Un site pour être dans le web

Un site web est au centre d’un écosystème numérique. C’est une adresse où se trouve de l’information accessible selon des standards universels et ouverts. C’est également un espace de publication qui n’est pas assujetti à d’autres objectifs que ceux de son propriétaire. Constitué de pages et de documents reliés entre eux et à d’autres sites web par des hyperliens, il peut se trouver sur le parcours d’utilisateurs et de moteurs de recherche. Un site web marque l’existence d’une entité dans cette application qui opère sur l’Internet et qui s’appelle le Web.

Ne compter que sur des réseaux sociaux pour avoir une présence numérique est une pratique qui réduit le potentiel de rayonnement et de découverte de nos contenus culturels.

Une URL pour chaque offre

Le développement des moteurs évolue rapidement vers le repérage et l’interprétation d’entités nommées (noms propres ou expressions définies comme un événement) dans des données non structurées. Pour faciliter le repérage d’un événement ou d’une œuvre, il faut lui attribuer une page spécifique. Publier plusieurs offres dans la même page ne permet pas à une machine de traiter adéquatement l’information qui y est présente. L’unicité et la persistance de l’URL signalent la présence d’une entité «événement» ou «œuvre» qui est liée à l’entité organisation.

Des mots qui connectent avec des publics

L’intégration des balises du vocabulaire Schema.org permet d’identifier des types d’offres. Leur usage ne permet cependant pas aux moteurs de recherche de différencier une offre d’autres offres similaires. Ce sont alors des mots (description, titre, caractéristiques) qui peuvent générer des liens entre l’information recherchée par des utilisateurs et les données non structurées qui sont présentes dans la page web.

Le choix des mots employés est stratégique parce que ceux-ci peuvent être utilisés pour fournir une réponse plus précise à une question (et cela, tant dans le contenu d’une page que dans le balisage qui est intégré dans son code HTML). Il s’agit d’établir des connexions avec les vocabulaires et intérêts des publics cibles et de rendre le contenu indexé unique ou le distinguer d’autres contenus similaires.

Des images qui parlent et font du lien

Parmi les conditions qui facilitent le traitement de l’information par les moteurs de recherche, on ignore trop souvent celles qui concernent les images. Une page qui comprend une image sera préférée à une autre qui n’en a pas. Si des liens, dans le code HTML de la page, fournissent un accès à des fichiers contenant trois résolutions de cette image (1X1, 4X3, 16X9), le contenu sera assurément exploitable. dans des résultats de recherche et sur de petits écrans. Notez que l’optimisation des images est automatiquement prise en charge par certains systèmes de gestion de contenu et certains thèmes de  WordPress.

Nommer le fichier d’une image en utilisant des mots qui sont pertinents avec la description de son contenu en facilite l’exploitation et la gestion.

Des liens pour relier des entités nommées

Ne pas faire de liens, hors d’un site web, afin d’y retenir les internautes nuit au rayonnement. Le déploiement de liens entre les acteurs concernés par la création, production et diffusion d’un contenu culturel souligne la présence numérique de chacun. La simple présence de liens vers des sources d’information externes enrichit l’information tout en favorisant des découvertes. Par exemple, relier des entités nommées autour d’une production audiovisuelle (œuvres musicales, lieu historique, réalisatrice et d’acteurs) améliore leur potentiel d’être découvertes par des humains et des machines.

Des sites web pour construire un réseau d’hyperliens

Le rayonnement et la découverte de nos contenus culturels sur le web dépendent, avant tout, de l’organisation et de la structure de l’information sur nos sites web. Ne pas avoir son propre site, c’est ne pas faire partie du web ouvert, interopérable et de plus en plus interprétable par des machines. C’est également laisser à d’autres le soin de parler de vous. Mais, c’est surtout, renoncer aux moyens les plus simples et accessibles (vous rappellez-vous les blogolistes ou « blog roll » ?) que nous ayons pour relier les personnes, les organisations, les œuvres, les événements et les lieux, sur nos territoires et sur tout le Québec.

Mais si l’amélioration de la qualité de l’information numérique repose sur de meilleurs sites web, faudrait-il alors revoir les programmes de financement qui en excluent le développement ?

Les acteurs culturels doivent-ils devenir spécialistes de l’information numérique ?

Les fournisseurs de services web ne sont-ils pas en première ligne lorsqu’il s’agit de conseiller et de réaliser des projets pour les acteurs culturels ? La même question se pose concernant les exigences de découvrablité des programmes de financement. Où sont les compétences nécessaires pour offrir un accompagnent qui soit susceptible d’apporter des améliorations notables ?

Nécessaire mise à jour des connaissances et des programmes de formation

En l’absence de connaissances formalisées et de méthodes pédagogiques pour améliorer la littératie de l’information numérique (car c’est bien de cela dont il s’agit), le milieu culturel est laissé à lui-même. Il fait face à une variété d’interprétations, d’approches et de propositions stratégiques et technologiques dont il n’est pas en mesure d’évaluer l’exactitude, la pertinence ou le rendement potentiel.

Il serait donc urgent de réunir des représentants des domaines des sciences de l’information et des technologies numériques, des secteurs industriels et académiques,  afin de proposer une mise à jour des compétences et des formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.