Archives par mot-clé : modèles

An exceptionally simple theory of everything

Un modèle mathématique pour décrire notre monde ? Ça existe et en plus, c’est d’une grande beauté (comme les fractales, les flocons de neige). Voir cette étude où se joignent la théorie de la relativité et la physique quantique.

Même si nos connaissances mathématiques ne sont pas à la hauteur, on appréciera la beauté du modèle relationnel et de ses déclinaisons, mais surtout une très belle introduction (extrait):

We exist in a universe described by mathematics. But which math? Although it is interesting to consider that the universe may be the physical instantiation of all mathematics, there is a classic principle for restricting the possibilities: The mathematics of the universe should be beautiful. A successful description of nature should be a concise, elegant, unified mathematical structure consistent with experience.

Auto distribution et fin probable des DRM

Modèles de distribution et contrôle des artistes

Pour faire suite à un précédent billet (Nouvelles pistes pour la musique en ligne).

Où doivent se positionner les artistes dans ce nouvel environnement (et les nouveaux modèles d’affaires possibles) ? Un article de David Byrne (Talking Head), dans Wired. Parlant de son expérience passée et actuelle, l’artiste distingue six modèles de distribution. Évidement, plus un modèle accorde une part importante de contrôle à l’artiste, plus ce dernier voit sa part de revenus par unité vendue augmenter.

Les compagnies de musique ont pu réduire considérablement leurs coûts d’enregistrement, de production et de distribution grâce aux innovations technologiques dont la numérisation. Ces mêmes innovations permettent aux artistes de remettre en question certains modèles contraignants etmoins avantageux et même de s’auto distribuer.

Digital Right Management

Trois des quatre grandes compagnies de musique ont maintenant abandonné l’usage de verrous numériques pour empêcher la copie des pistes vendues. Warner Music vient de se joindre à EMI et Universal. Sony BMG se fait attendre.

Nouvelles pistes pour la musique en ligne

Repéré dans TechCrunch, en français et en anglais, un aperçu de ce que fait Amazon pour favoriser la découverte, la promotion et la vente de musique en ligne.

Vers l’abandon des DRM ?

Les pièces vendues par Amazon sont libres de DRM (Digital Right Management), ceux-ci interdisent toute (vraiment toute) reproduction. La plupart des maisons de disques ont également laissé tomber les DRM.

La nouvelle législation canadienne proposée en matière de droit d’auteur ramènerait-elle ce que l’industrie elle-même est en train d’abandonner ?

Le web bouscule la chaîne de production

Amazon investit dans des services en ligne de diffusion, production et auto production indépendante (Amiestreet, Sellaband). Plein d’autres jeunes pousses d’entreprises de ce type sont en émergence.

Offrir un support aux artistes qui souhaitent se faire connaitre, présenter leur musique, rejoindre leurs fans et surtout, permettre à ceux-ci de participer à la production de leur album.

Ceci remet question le modèle traditionnel des grandes maisons. Plusieurs artistes et producteurs indépendants profitent déjà des leviers offerts par le web pour produire, promouvoir et diffuser.

Télé et journaux sur le Net

La BBC a ouvert un nouveau blogue pour ses 10 ans de présence en ligne. Occasion pour réminescence et prospective.

Le Chicago Tribune ouvre un site d’actualité locale en vidéo.

La couverture des prochaines élections présidentielles américaines présente une opportunité d’appropriation des nouveaux médias (et un test) pour la presse et la télévision.

L’effet web sur les médias traditionnels

Presse – Lunettes noires

In 2015, what happened to the news?
L’avenir ne s’annonce pas rose pour les journaux. Une présentation Flash dont les principaux enjeux sont bien relevés dans le blogue de J.M. Salaün.

À voir, le tableau de la durée moyenne des visites pour les 10 plus gros sites sur le Net et les 10 plus importants sites de journaux en ligne.

Hitting the coffin nail on the head of the newspapers
Les journaux sont les artisans de leur propre malheur (ils n’ont pas compris et saisi les opportunités du Net à temps) . Commentaires de BuzzMachine sur l’article du Wall Street Journal.

Presse – Lunettes roses

Un analyste du Crédit Suisse présente ses prédictions optimistes. L’industrie de la presse suit un modèle cyclique et s’en remettra.

La presse (et le journalisme ?) disparaîtra-t-elle au profit de groupes d’intérêt qui maîtriseront les leviers du Net ?

Musique en ligne: de nouveaux modèles

Incursion de l’industrie de la musique vers de nouveaux modèles d’affaires.

D’abord MOG, Un réseau de blogues d’amateurs de musique qui intègre désormais le catalogue d’un service de musique, Rhapsody. Bonne interface de recherche. Abonnement de 12$ par mois. On trouve donc une communauté pour partager des goûts musicaux (ou faire des découvertes) et un bon catalogue (Limewire c’est gratuit, mais c’est un peu n’importe quoi côté catalogage).

Ensuite, Imeem. Ici on peut également, partager, recommander des choix musicaux et écouter gratuitement les pièces musicales à partir du catalogue. Écouter. pas télécharger. La liste des nombreux partenaires de contenus continue de s’allonger. Ceux-ci, comme tout récemment Universal, contribuent à l’accroissement du catalogue (musique et vidéo).

Romans SMS

Pour faire suite aux enjeux auxquels doivent faire face les participants de l’industrie du livre, un article assez récent du blogue de Francis Pisani.

La moitié des romans les plus vendus au Japon ont été écrits sur des téléphones portables (moyenne de 400 000 exemplaires vendus). Ces romans s’adressent à un public adolescent et sont publiés par épisodes. Les auteurs font appel aux commentaires des lecteurs; ceux-ci les achètent parce qu’ils considèrent y avoir participé.

Comment le monde de l’édition peut-il intégrer cette nouvelle réalité ? Comment la chaîne documentaire traite-t-elle ces produits ?

Industrie du livre et numérisation

La liseuse d’Amazon, Kindle, ne suscite plus de commentaires (ou ne fait plus la une) des blogueurs du web 2.0 et des sciences de l’info. Prudence, attente de la réponse du marché. Pendant ce temps, ça bouge côté numérique.

Do it yourself

Les sites d’auto édition lulu.com et blurp.com permettent aux auteurs d’éditeur leurs œuvres et offrent un point de rencontre et de services aux différents prestataires de la communauté (révision, traduction, illustration, photographie , etc.). Lulu.com (fondée il y a plus de 5 ans par le co-fondateur de Red Hat, Bob Young, également v-p de la Ligue canadienne de football) peut même mettre un livre en vente sur Amazon.

Une artiste et conceptriste web montréalaise, Marie-Chantal Turgeon (éclaté, coloré et …bilingue), a publié cet automne un premier ouvrage sur Blurp.com.

Le monde de l’édition à l’ère numérique

En France…

Vente en ligne, numérisation et librairies indépendantes. L’Agence régionale pour l’écrit et le livre en Aquitaine (ARPEL) a publié en novembre son rapport intérimaire sur l’impact du numérique sur la librairie indépendante. Ce rapport a pour objectif de formuler des pistes d’action en matière de politique publique. Rapport final attendu en décembre.

Enjeu: amener toute une profession, et pas seulement les plus avancés ou les plus gros d’entre eux, à anticiper au mieux les changements, et à inventer des pratiques nouvelles de l’activité de libraire, adaptées aux besoins des individus de la société de l’information.

Dans la même veine, outre-Manche…

Booksellers Association of the United Kingdom and Ireland vient de publier son plan d’action concernant les enjeux du numérique et de la distribution sur le Net. Ce document fait suite à l’étude de marché publiée en 2006 (Brave new world – Digitalisation of Content: the opportunities for booksellers and The Booksellers Association).

Embracing the digital age: An opportunity for booksellers and the book trade.

Il faut un niveau d’engagement supérieur entre éditeurs et libraires. Sans celui-ci, l’industrie ne pourra bénéficier des opportunités et avantages des innovations technologiques. Il est urgent que tous les participants de l’industrie se familiarisent avec les technologies numériques. Les plus concernés sont les libraires. Il y a un rattrapage à faire côté marketing et développement des marchés.

Deux éléments fondamentaux au développement du marché numérique:

  • Entente sur les standards d’exploitation des données marketing (responsabilité du Book Industry Communications).
  • Extension de l’infrastructure actuelle de l’industrie du livre.

En 2003, le Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO) avait publié une étude sectorielle, Les affaires électroniques et l’industrie de l’édition au Canada. C’est alors la vulnérabilité du secteur à la concurrence étrangère qui est l’enjeu principal et les nouveaux modèles d’affaires électroniques doivent assurer la compétitivité de l’industrie canadienne.

Réseaux sociaux et entreprises

Une société conseil française du secteur des nouvelles technologies, FaberNovel, a récemment publié une étude sur les réseaux sociaux, leurs spécificités et leur positionnement (Réseaux sociaux en ligne: principes de base et bonnes pratiques, en anglais).

Intéressant:

  • Typologie des réseaux sociaux.
  • Positionnement sur deux axes: Identité (réelle ou fantaisiste) et résultat recherché (exposition/auto promotion – objectifs qualitatifs)

L’étude a pour objectif de permettre aux entreprises qui souhaitent intégrer le concept (et bénéfices) des réseaux sociaux à leur modèle d’affaires, de trouver le type de réseau correspondant le mieux à leur stratégie.

Fabernovel a antérieurement publié des études sur Facebook et les technologies en code libre.

Note: cette étude est publiée sous licence Creative Commons.