William Moore de la réserve de Mattagami, Ontario, réparant un filet.

Et si nous retombions en amour avec nos sites web?

William Moore de la réserve de Mattagami, Ontario, réparant un filet.
John Macfie, 1958, Archives publiques de l’Ontario sur Flickr.

Pourquoi l’évolution de nos sites web s’est-elle arrêtée au document numérique alors que chez des entreprises, comme Amazon ou Spotify, elle se concrétise par le déploiement de plateformes de données?

Les interactions que nous pouvions organiser sur nos domaines se sont atrophiées car nous avons laissé aux algorithmes le soin de faire des liens de proximité, de sens, de popularité ou autres. Ces liens qui favorisent la découverte et le rayonnement, nous ne les contrôlons pas.

Décloisonner les parcours de formation

Est-ce faute de ne pas avoir adapté, en les décloisonnant, des formations comme l’informatique, la communication et les sciences de l’information à la complexité de nouvelles pratiques? Dans le Web, les logiques technologiques, informationnelles et industrielles s’entrecroisent à présent pour former un nouveau champ de connaissances pour lequel il n’existe pas encore de savoir commun.

Entrer dans le domaine du langage

Ou, encore, est-ce faute de n’avoir pas réalisé que la donnée relève  beaucoup plus du langage et de la pensée que du calcul et de la technologie?

Les concepts et particularités propres aux différents domaines de l’activité humaine ne sont pas aisément traduisibles dans la pensée mathématique des machines. L’information n’est plus uniquement un enjeu d’ingénierie, une chose à stocker, à transformer et à faire circuler. Dans le Web, elle relève du domaine du langage, décrivant des choses et des relations entre ces choses. Cette perspective, pourtant essentielle à l’ère de l’intelligence artificielle, est pratiquement absente des méthodes courantes de conception.

S’affranchir du document

Ou, tout simplement, est-ce parce que des solutions d’utilisation facile et très souvent gratuites nous ont été offertes? Avons-nous finalement laissé à d’autres les défis de l’évolution du Web et de nos architectures de connaissances? Cette évolution était pourtant prévisible dès 2009, la nouvelle méthode de conception de sites proposée cette anné-là par la BBC dans un billet de blogue en faisant foi.

Ne plus troquer l’acquisition d’expertise pour la facilité

Je crois bien que nous avons graduellement délégué à des entreprises, par algorithmes interposés, le choix des mots et des liens définissant qui nous sommes et la régulation des flux d’information dans un espace qui n’est pourtant qu’un sous-ensemble du Web. Nous avons renoncé au contrôle sur la découverte et la recommandation dont nous disposions grâce à nos blogues, nos répertoires et même, nos collections de fils RSS — j’utilise encore la mienne!

Alors que nous concevons encore un site web comme un ensemble de documents, les acteurs de la nouvelle économie prospèrent grâce à des sites web conçus comme des plateformes de données. Ces plateformes permettent d’aller beaucoup plus loin que la publication d’information. Par exemple:

  • Trouver, réutiliser et partager des contenus par les utilisateurs et à l’interne;
  • Définir les rôles, responsabilités et règles de gouvernance relatifs à chaque ensemble de données.
  • Faciliter l’accès, de façon transversale, aux connaissances nécessaires pour la recherche de solutions et l’innovation.
  • Et, surtout, relier les métadonnées descriptives des ressources aux données d’usage résultant de l’interaction des utilisateurs avec les contenus.

Réapprendre à faire du Web

Avant de tenter de mesurer le rayonnement de contenus culturels sur les plateformes, il faudrait se demander si nous en maîtrisons les conditions, sur nos sites web et au sein de nos écosystèmes numériques.

Nous avons choisi la gratuité et la facilité des plateformes qui sont la propriété d’entreprises sachant, mieux que nous, exploiter l’information tirée des interactions avec nos contenus. Le contexte actuel de la pandémie semble avoir accentué notre dépendance envers ces services qui entretiennent notre espoir de retrouver nos publics et nos clients.

Nos sites web nous offrent pourtant toujours la possibilité de développer et d’afficher nos écosystèmes de liens et de nommer les choses qui nous rassemblent. Afin de ne pas les laisser s’atrophier, nous devrions nous en servir pour mieux représenter nos domaines d’activité, nos contenus, ainsi que nos réseaux.

2 réflexions sur « Et si nous retombions en amour avec nos sites web? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.