Archives par mot-clé : technologies

Passages : Vers une culture de l’image pour les médias écrits ?


    Comment informer à l’ère numérique – AFP-MediaWatch

    Résultats d’une enquête internationale de l’AFP auprès des médias et professionnels de l’information.

    Premier des 5 thèmes abordés par l’enquête, Le temps de la révolution éditoriale, est particulièrement intéressant. Il souligne la popularité des contenus vidéos auprès des internautes et la demande des lecteurs pour les contenus visuels.

    Plusieurs médias proposent déjà des produits visuels (par exemple, les galeries de photos de The Big Picture, du Boston Globe). L’intégration grandissante des contenus multimédias parmi les sites Internet des journaux signale-t-elle l’adoption d’une culture de l’image par les médias écrits ?

    Autres thèmes abordés:

    Les nouveaux vecteurs de diffusion
    Complémentarité des supports (journaux, télévision, web) et participation des utilisateurs (réseaux sociaux);

    Innovation et programmes d’investissement
    Priorités: gestion et livraison des contenus (solutions technologiques flexible et ergonomiques);

    Vers une adaptation des modèles économiques
    Mixité (gratuit et payant) et flexibilité, notamment pour les services aux entreprises (partenariats: technologie, contenu, diffusion);

    Un écosystème en mutation
    Profonds changements culturels (synergie, partage de compétences), services spécifiques répondants aux besoins (personnalisation, archives, impartition de journalisme, formation) et reconnaissance du rôles des agences de presse.

    *** Le document gagnerait à  être diffusé en format PDF. Je suis tout à fait d’accord avec le commentaire exprimé sur le blogue de l’AFP. Le mode de présentation en Flash est plutôt contradictoire avec la diffusion de l’information. En reproduisant le feuilletage de pages, il témoigne d’une certaine nostalgie du support imprimé, mais n’apporte rien de plus à l’expérience utilisateur.

Apprendre à marcher avant de courir

Si pour vous, la réalisation d’un projet Web débute encore par la phase de développement, il est temps de prendre connaissance du Guide des meilleures pratiques Web, réalisé par Alliance numérique (et efficacement rédigé par Martin Lessard).

Un projet Web ne se limite plus à une réalisation technologique mais demande un ensemble d’expertises diversifiées, peu importe qu’il ait pour futurs utilisateurs des clients, des employés, des fournisseurs ou des investisseurs.

Combien de gestionnaires d’entreprises sont encore aux prises avec le cauchemar d’un projet mal parti, n’ayant pas su comprendre les enjeux et sélectionner les ressources appropriées ?

Plus désolant encore : combien de fournisseurs de services dans le domaine du Web sont-ils en mesure de guider leurs clients dans un contexte qui a beaucoup changé depuis la fin du siècle dernier ? De plus, pour beaucoup de firmes de « développement » (du programmeur travaillant en solo à l’entreprise établie dans la Cité multimédia, à Montréal), la planification stratégique est réduite à sa plus simple expression (esquisse de site fournie avec le devis), faute de disposer des compétences requises dans l’équipe.

Alliance_numerique_Guide_Web

Rendu public tout récemment, ce guide a pour objectif de mieux préparer les entreprises à la conduite de projets Web. Ce sont cependant les fournisseurs de services de réalisation Web qui auraient intérêt à bien intégrer le contenu de ce document, et à s’organiser en conséquence.

La part du coût de réalisation d’un projet Web qui est consacrée à la planification stratégique est encore bien souvent infime, comparativement à celui de la réalisation technique alors que les attentes des entreprises ont évolué. Un des billets de Marc Poulin, Comment tuer son commerce en ligne, est, à ce titre caractéristique du manque de planification et de la disparité entre la valeur de l’investissement dans un projet Web et les résultats espérés.

Avant de se lancer dans le Web 2.0, il faudrait d’abord avoir bien réaliser la phase Web 1.0. Si les fournisseurs de services de réalisation Web ne sont plus en mesure de bien conseiller leurs clients, entre autres, grâce à ce guide qui leur aura ouvert les yeux, ceux-ci pourront toujours se tourner vers d’autres fournisseurs, plus allumés.

Réalité numérique – Afrique web

Changement de décor: les promesses du web se réaliseront-elles aussi en Afrique ? Bientôt peut-être.

Un coup d’œil sur des sites et des blogues repérés via l’Atelier des médias, communauté animée par Philippe Couve, nous donne de l’Afrique une autre image qui nous change de celles que  les médias nous rapportent (famine, sida, conflits, etc.).

L’image d’individus et de sociétés qui tentent de tirer le meilleur parti des nouvelles technologies pour s’informer, échanger et se développer.

YUL Kinshasa ?

Africa 2.0
Excellent blogue sur la réalité numérique africaine. Pour mieux comprendre la fracture numérique et prendre contact avec d’autres cultures sur la blogosphère.

AfricanTech
Blogue d’un étudiant camerounais en génie logiciel dont les billets permettent de suivre le développement des infrastructures, la naissance de jeunes entreprises et l’utilisation des nouvelles technologies.

AfroTIC
Blogue d’un informaticien congolais passionné par les nouvelles technologies (surtout en code libre) et leurs applications en Afrique.

TED Africa

Timbuktu Chronicles
Blogue d’Emeka Okafor, un entrepreneur d’origine tanzanienne, directeur de TED Africa. Même s’il vit à présent à New York, l’auteur nous fait enter dans un univers bouillonnant d’activités. Sa blogoliste est une excellente source de références pour qui s’intéresse au développement des pays africains.

Journalisme mobile: le saut quantique

Voice of Africa
Le projet de formation de journalistes du Cameroun, du Ghana, de la Tanzanie et du Kenya. Ces journalistes n’ont qu’un téléphone mobile pour outil de travail. Le site diffuse les reportages et rend compte des bonnes et mauvaises expériences des utilisateurs.

Chaîne du livre numérique: où sont les éditeurs ?

Vigie –  Modèles d’affaires en mutation

On sait  déjà que des télécoms se sont positionnées dans la chaîne de distribution et de diffusion du livre numérique. Aux réseaux s’ajoutent les les marchands, par le biais du contrôle des lecteurs, comme Amazon avec le Kindle suivi récemment par une floraison de nouveaux lecteurs proposés par divers manufacturiers.

Livre numérique – La guerre des marchands, le silence des éditeurs

Pierre Alexandre Xavier, en bon observateur des changements et décalages, soulève l’étrange apathie des éditeurs dans le bouillonnement d’initiatives de marché autour du livre électronique. La distribution semble s’organiser autour des supports (liseuses ou lecteurs électroniques), sans les éditeurs.

La réalité est que la plupart des groupes d’édition ne savent pas comment négocier la transition. Et cette incapacité est renforcée par la faiblesse du dispositif classique de l’édition française. Essentiellement articulée sur la diffusion et la force de vente auprès des distributeurs, les dispositifs français souffrent d’une part trop maigre pour l’édition et pour la recherche et le développement.

Pour la perspective locale, rappelons que la chaîne du livre au Québec repose aussi sur les distributeurs et diffuseurs (ce qui n’est pas le cas dans les modèles américain et  britannique).

Web 2.0 – Recette pour échec assuré

Ce billet est inspiré de plusieurs histoires vraies, toute ressemblance avec des projets similaires n’est pas fortuite.

Vous souhaitez lancer un nouveau site de contenu, de type magazine ou répertoire, et suivre la tendance web 2.0 ? Assurez-vous que votre projet soit un échec grâce à cette recette infaillible.

  1. Tout d’abord, rappelez-vous que votre objectif principal est de vendre de la publicité, et non d’offrir un contenu de qualité à vos visiteurs. Vos clients sont les annonceurs.
  2. Ensuite, recherchez une audience, peu importe ses intérêts et baptisez-la Communauté.
  3. Faites concevoir un bel emballage par une agence réputée (très cher) qui ne vous embêtera pas avec des histoires de stratégie web 2.0.
  4. Consultez-vous, entre vous, afin de tester votre concept; vous seuls savez ce que vos utilisateurs apprécient. Vous éviterez de perdre votre temps à échanger avec des utilisateurs potentiels et, surtout, vous n’aurez pas à tenir compte de leurs commentaires.
  5. Surtout, ne vous encombrez pas d’une stratégie de déploiement de fonctionnalités interactives (forums, flux RSS, commentaires, Twitter, envoyer à un ami, etc.) .  Ayez la main lourde et mettez-y le paquet. Les icônes colorées sont très décoratives.
  6. Une communauté se crée de toutes pièces, alors pourquoi perdre son temps en recherche pour connaître les points de rencontre des membres de cette communauté sur le web, les influenceurs, les relayeurs d’information. C’est sans intérêt.
  7. Chauffez bien vos forums: mettez les membres du personnel à contribution. Ça n’a pas d’importance si ceux-ci n’ont rien en commun avec vos utilisateurs.
  8. Pour le lancement de votre site, faites de la publicité traditionnelle et placez quelques bannières sur vos autres sites.
  9. Voilà ! Vous n’avez plus qu’à attendre que les visiteurs se ruent sur votre site et qu’ils fassent leur nid dans la jolie communauté que vous leur avez fabriquée.

Ah oui, j’allai oublier la mesure. Installez Google Analytics et imprimez des rapports tous les mois, ça pourrait vous servir. Peu importe les statistiques, ne changez rien; une refonte aux trois ans c’est bien suffisant.

Du contenu ? Effectivement, il faut bien mettre quelque chose autour des publicités. Le recyclage de matériel vous demandera beaucoup moins d’efforts que la production de contenu original.

Cette recette est extrêmement populaire et toujours réussie.

Entreprises 2.0, prêtes pour un changement radical ?

Nous vivons un changement de paradigme. L’évolution du nouveau médium qu’est le web remet en question plusieurs modèles et pratiques établis. Plusieurs des changements qui sont survenus ont des conséquences que les organisations, commencent à ressentir (et que la conjoncture économique actuelle a amplifiées). Les symptômes les plus évidents, et médiatisés, étant ressentis dans l’industrie des médias.

Plusieurs organisations feront l’apprentissage de l’innovation et, pour cela, elles devront changer radicalement leur méthodes de gestion. Elles devront s’inspirer des réseaux sociaux pour mobiliser toutes leurs ressources en utilisant de nouvelles technologies.

La culture organisationnelle et les barrières technologiques : deux types de changements particulièrement difficiles à réaliser pour les petites et grandes entreprises qui sont bien souvent les plus grands freins à l’innovation.

Prêtes à innover ?

Harvard Business Publishing publiait sur son blogue, un billet de William C. Taylor, auteur de Practically Radical, un ouvrage sur les changements radicaux qui affectent les entreprises. Ce billet énonce 10 questions que tout gestionnaire-agent de changement devrait se poser:

1. Do you see opportunities the competition doesn’t see?
2. Do you have new ideas about where to look for new ideas?
3. Are you the most of anything?
4. If your company went out of business tomorrow, who would miss you and why?
5. Have you figured out how your organization’s history can help to shape its future?
6. Can your customers live without you?
7. Do you treat different customers differently?
8. Are you getting the best contributions from the most people?
9. Are you consistent in your commitment to change?
10. Are you learning as fast as the world is changing?

Comment innover ?

Innover, ce n’est pas améliorer ou adapter un modèle existant; c’est sortir du modèle d’activité habituel.

When companies try to come up with new ideas, they too often look only where they always look. That won’t get them anywhere.

Quelques suggestions recueillies par des journalistes du Wall Street Journal.

  • Build scenarios.
  • Spin the Web.
  • Enlist lead users.
  • Probe and learn.
  • Mobilize the staff.
  • Cater to entrepreneurs.

Changer la culture organisationnelle ?

Les stratégies, dites 2.0, peuvent-elles rendre l’entreprise plus flexible, décloisonner les divers services et réellement encourager les membres du personnel et les clients à contribuer aux échanges d’information ?

Comme le fait remarquer Bertrand Duperrin dans son excellent billet sur les stratégies d’entreprise 2.0 :

L’entreprise 2.0 n’est pas une baguette magique qui évite de s’attaquer aux questions importantes et structurantes. Elle est justement la conséquence du fait qu’on s’y attaque.

Ce ne sont pas les solutions technologiques, aussi séduisantes soient-elles, qui feront changer les organisations.  Depuis l’avènement des plateformes collaboratives (ex.: Lotus Notes) au siècle précédent,  bien des entreprises ont investi des sommes considérables en technologies et en conseils sans modifier leur approche de gestion.

Les mêmes conditions qui prévalent à la réussite des réseaux sociaux s’appliquent au travail collaboratif. Gary Hamel a relevé les caractéristiques de la génération Facebook.

1. All ideas compete on an equal footing.
2. Contribution counts for more than credentials.
3. Hierarchies are natural, not prescribed.
4. Leaders serve rather than preside.
5. Tasks are chosen, not assigned.
6. Groups are self-defining and -organizing.
7. Resources get attracted, not allocated.
8. Power comes from sharing information, not hoarding it.
9. Opinions compound and decisions are peer-reviewed.
10. Users can veto most policy decisions.
11. Intrinsic rewards matter most.
12. Hackers are heroes.

Si la course à l’innovation ne peut être remportée que par le travail collaboratif, quelles organisations sont prêtes à relever le défi du changement ?

Première réunion des milieux documentaires québécois

La révolution numérique qui transforme les pratiques et usages industriels, économiques et sociaux frappe également les spécialistes de la documentation et de l’information. À l’heure où on peut emprunter un livre en format numérique à la bibliothèque municipale et où la validation de l’information n’a jamais été aussi importante, le milieu de la documentation tente lui aussi de s’approprier cette nouvelle dimension.

Pour la première fois, 7 associations du domaine de la documentation seront réunies pour la tenue du premier congrès des milieux documentaires au Québec. Le congrès Investir le monde numérique aura lieu à Montréal, du 11 au 14 novembre 2009.

  • Association des bibliothécaires du Québec/Quebec Library Association (ABQLA);
  • Les Bibliothèques publiques du Québec (BPQ);
  • Association pour l’avancement des sciences et des techniques de la documentation (ASTED);
  • Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS);
  • Corporation des bibliothécaires professionnels du Québec (CBPQ);
  • Réseau BIBLIO du Québec;
  • Special Libraries Association, section de l’Est du Canada (SLA)

Mieux intégrer la cyberéconomie à l’économie globale

Le futur de l’économie Internet. Rapport de la réunion Ministérielle de l’OCDE, Séoul juin 2008.

La réunion précédente, sur le même thème, avait eu lieu à Ottawa en juin 1998. Contenu du document:

  • Mise en évidence des moyens pour stimuler le développement de l’économie Internet.
  • Proposition de principes directeurs pour élaborer des politiques et des pratiques pour préparer cette économie future.

Notés:

Défis du développement de l’économie Internet

  • Rendre l’Internet accessible à tous et partout.
  • Promouvoir l’innovation, la concurrence et le choix de l’utilisateur sur l’Internet.
  • Sécuriser les infrastructures d’information critiques et parer aux nouvelles menaces.
  • Assurer la protection des informations personnelles, le respect des droits de propriété intellectuelle et, de façon plus générale, un espace Internet sécurisé qui offre une protection aux individus, notamment aux mineurs et autres groupes vulnérables.
  • Promouvoir une utilisation sécurisée et responsable de l’Internet.
  • Créer un environnement qui encourage l’investissement dans l’infrastructure, des niveaux plus élevés de connectivité et des applications et services innovants.

Propositions concrètes que la classe politique aurait intérêt à bien intégrer

Propositions visant plus particulièrement les domaines de l’administration publique, de la santé et de l’information (technologie de l’information).

Nos fournisseurs de services de télécommunication devraient médités sur la section consacrée à  l’autonomisation des consommateurs (Les services de communication étant devenus plus complexes, il est de plus en plus difficile pour les onsommateurs d’évaluer et de comparer les offres.)

La neutralité technologique est essentielle pour le développement économique, n’en déplaise aux fournisseurs de plateformes logicielles et services de télécommunication. Dans le traitement des questions technologiques, favoriser la neutralité technologique, l’interopérabilité et l’élaboration de normes ouvertes.

Plus d’adresses IP pour plus d’accessibilité

Il n’y a pas que les numéros de téléphone qui s’épuisent. L’espace actuel d’adresses IP sera épuisé dans quelques années. Il doit être étendu pour permettre à des milliards d’individus et d’ordinateurs de se connecter à l’Internet, et par conséquent, à Internet de s’étendre et à la cyberéconomie de croître. L’OCDE a souligné la nécessité du déploiment d’un nouveau protocole Internet.

Le CERN: science des particules et Internet

Hadrons, gluons, muons et autres bosons en vedette sur le web.

Hier, c’était le début des expériences sur l’accélérateur de particules et collisionneur (LHC pour Large Hadron Collider) du CERN (Suisse). Google avait alors adapté son logo avec l’intriguant anneau représentant l’accélérateur de particules souterrain de 27 km de circonférence.

Pour comprendre à quoi ça sert, vidéo musical (rap) monté par des chercheurs du CERN (via Moovie, site sur la convergence des médias, de la galaxie Agoravox).

http://www.youtube.com/watch?v=j50ZssEojtM&eurl=http://www.moovie.fr/index.php/2008/09/10/le-lhc-du-cern-expliqu-par-un-rap/.

Les standards de la communication Internet que sont devenus HTML, URL et http ont été développés au CERN, par Tim Berners-Lee, puis largement diffusés par Mosaic, le premier fureteur populaire. À cette époque, le répertoire des sites Internet tenait sur quelques colonnes dans un écran bicolore. On connait la suite…

Économie du widget

Jean Marie Le Ray avait déjà publié plusieurs billets sur Netvibes et ses widgets, il annonce (capté sur Twitter) le départ de Tarik Krim , fondateur et membre de la direction de Netvibes. Ce départ fait suite à ceux d’autres personnes clés de la plateforme.

Selon l’auteur du blogue AdScriptor, ceci indique que celle-ci est bientôt prête à voler de ces propres ailes (monétisation en vue).

Y a-t-il un modèle d’affaires derrière Netvibes ? Voir le billet sur l’économie du widget.