Un nouveau maillon dans la chaîne du livre

Une nouvelle machine pour imprimer des livres plutôt que de les numériser pour les rendre plus accessibles (et peut-être indexables ?).

À McGill, où la bête futuriste est attendue avec impatience, on projette de donner ainsi accès à toute la collection de livres anciens et de documents uniques aux étudiants, doctorants et chercheurs de tout acabit, ainsi qu’au public en général.

On rééinvente le réseau…

L’appareil peut aussi être mis en rapport avec n’importe quelle autre EBM dans le monde, ouvrant ainsi l’accès aux titres numérisés à Alexandrie, à Washington, à Waterloo, etc.

Laisser un commentaire