Archives par mot-clé : participation

BDSO : la gouvernance des données en mal de leadership

Initialement publié dans le blogue de Direction informatique, le 6 août 2015.

BDSO - Banque de données des statistiques officielles sur le Québec
Banque de données des statistiques officielles sur le Québec.

L’Institut de la statistique du Québec (ISQ) a annoncé l’abolition prochaine de la Banque de données sur les statistiques officielles du Québec (BDSO), qui contient des indicateurs socioéconomiques provenant de plusieurs ministères et organismes publics du Québec.

Cette nouvelle envoyait un bien mauvais signal à tous ceux qui s’efforcent de faire entrer le Québec dans l’ère numérique. Quelques heures plus tard, on apprenait que le gouvernement remettait en question cette décision. Quoi qu’il en soit, les enjeux soulevés demeurent bien présents.

En uniformisant et en regroupant les indicateurs au même endroit, la BDSO facilite en effet l’accès à de l’information de qualité pour divers utilisateurs, notamment des chercheurs, des journalistes et des entrepreneurs. Abandonner aux différentes institutions la décision de publier ou pas leurs données, ainsi que le choix des formats de publication, ne permettrait plus d’assurer leur qualité, leur interopérabilité et leur accessibilité. C’est exactement ce que font les organisations qui n’ont pas de politique encadrant la qualité des données, et qui démontrent généralement peu d’intérêt pour leurs actifs informationnels.

La zone grise des actifs informationnels

Emboîtant le pas aux géants de l’économie numérique, de nombreux États se tournent désormais vers l’exploitation des données afin de faciliter la prise de décision, réduire les risques et découvrir de nouvelles opportunités de développement.

Au Québec, malheureusement, pour la majorité des administrations publiques comme pour la plupart des entreprises, il s’agit toujours d’une zone grise. Hors des champs de compétence des directions TI et incompris de la plupart des dirigeants, les ensembles de données forment des amas disparates, difficilement exploitables, et ce, malgré les promesses de l’informatique décisionnelle, ce fameux «BI».

Politique de qualité des données

S’il existe bien, depuis 2004, un Cadre de référence gouvernemental en gestion intégrée des documents, la normalisation des ensembles de données à travers tout l’appareil d’État semble encore échapper au dirigeant principal de l’information.

Mieux que tout méga-système informatique, cette approche contribuerait pourtant à faire disparaître les silos technologiques et organisationnels qui entravent l’efficacité de la fonction publique. Sans approche concertée pour formuler et appliquer des politiques de qualité et d’accès aux données, chacun conserve le choix de sa méthode d’organisation et de ses formats. Et c’est ainsi que les silos perdurent.

Qui est responsable des données?

Si le titre désormais populaire de Chief Data Officer (directeur général des données) témoigne de la volonté de transformation numérique de certaines organisations, il est encore trop tôt pour en constater les résultats concrets.

Cependant, on s’interrogera sur l’autorité et les moyens réels qui lui sont accordés afin d’assurer à la fois la stratégie, la gouvernance et la mise en œuvre de la gestion des données à travers l’organigramme. Il serait peut être plus judicieux de considérer la littératie des données comme une compétence essentielle pour tout dirigeant, au même titre que les autres compétences numériques.

La décision de l’ISQ est donc de nature à semer le doute sur la capacité de nos dirigeants à repérer et décoder les transformations socioéconomiques en cours. Elle envoie donc un signal négatif à ceux qui cherchent un contexte favorable à l’innovation et au développement de la nouvelle économie numérique.

Ne serait-il pas temps que le gouvernement assume enfin un réel leadership dans ce domaine en accordant une priorité stratégique à la gestion et à l’exploitation des données?

Élections municipales: affiches électorales sur Twitter

Dimanche soir, j’écoutais Twitter dans l’aquarium de CIBL avec l’équipe de journalistes et d’animateurs. Déçue par ce que j’ai observé par la visualisation de données, j’ai terminé ma soirée électorale en commentant, sur Twitter:

50 nuances de beige. Une carte lexicale d’un ennui… Montréal se cherche un administrateur, pas un visionnaire. #mtl2013 #polmtl

Tout au long de la campagne, les thèmes, porteurs de vision, n’avaient laissé que de faibles traces.  La dynamique n’avait pas changé pendant la dernière journée de la campagne.

Où sont les enjeux ?

C’était prévisible. Au cours de la campagne électorale municipale, sur les flux #mtl2013, #polmtl et #cmmtl, les « affiches électorales virtuelles » ont pratiquement dominé le contenu des publications. Les principaux sujets des publications ont très majoritairement été les candidats(tes) des partis. Les mots les plus fréquemment employés ont été des noms propres et des noms de partis. Quelques mots faisant référence à des thèmes et enjeux de la vie municipale émergeaient, ça et là, mais sans aucune mesure, de façon comparable à la promotion des candidats.

Marketing et communication de masse

Les organisations politiques et leurs agences de communication ont ajouté Twitter à la panoplie des outils et s’en servent à la manière d’un média de masse: pour publier et relancer à répétition un message concernant les activités et bons mots des candidats. Trop peu de candidats s’en sont servi pour écouter les échanges et proposer de l’information utile sur des enjeux précis. Il y en a donc peu, dans cette carte lexicale générée à partir des contenus publiés du  1er août à la fermeture des bureaux de vote, le 3 novembre, à 20h00.

Mtl2013_Lexical_FermBurVot
Carte lexicale des flux #mtl2013 #polmtl #cmmtl (conseil municipal de Montréal), du 1er août au 3 novembre 2013, à 20h00- Nexalogy

Toile de fond: transports collectifs

Quels sujets ou enjeux ont-ils été les plus populaires ? Derrière le changement, thème récurrent en période électorale, ce sont les sujets qui ont trait aux transports collectifs (métro, tramway, SRB ou service rapide par bus) qui ont le plus suscité de publications.

Parmi les 200 mots les plus présents dans les tweets publiés durant cette période, voici ceux qui sont liés à des enjeux ou des thèmes de la politique municipale. Les mots sont suivis de leur rang et de la fréquence de publication :

  • Changement (31e) 1174
  • Métro (72e) 707
  • Tramway (85e) 566
  • Parc (99e) 547
  • SRB (108e) 532
  • Idées (112e) 523
  • Familles (115e) 507
  • Quartier (141e) 437
  • Économique (146e) 429
  • Transparence (157e) 399
  • Idée (161e) 392
  • Enjeux (175e) 371
  • Développement (184e) 361
  • Bus (193e) 354
  • Taxes (195e) 352
  • Étudiants (198e) 349

Opinion publique ou opinion médiatique ?

Les médias constituent la source de la presque totalité des liens échangés. Pendant les 48 heures qui ont précédé le vote, les éditoriaux des quotidiens Le Devoir et La Presse ont été parmi les 5 liens les plus populaires.

Élections du 3 novembre – Pour Bergeron, Bernard Descôteaux, Le Devoir, 2 novembre 2013

Denis Coderre à la mairie , André Pratte, La Presse, 1er novembre 2013

Communiquer, oui, mais quoi ?

L’annonce de l’élection de Denis Coderre à la mairie de Montréal a immédiatement généré de nombreux commentaires dont une grande partie étaient négatifs, ironiques et voire même malicieux. Près de 48 heures après cette annonce, ceux-ci ont disparu de la carte lexicale. Seul un commentaire publié par Gabriel Nadeau-Dubois subsiste car il est abondamment repris. Il témoigne de l’insatisfaction d’une partie de l’électorat face à la faiblesse du contenu proposé.

Carte lexicale - 48 heures après la fermeture des bureaux de vote
Carte lexicale – 48 heures après la fermeture des bureaux de vote (Nexalogy)

Gabriel Nadeau-Dubois, "Cette élection marque le triomphe de la communication vide" - Twitter

Soirée électorale et écoute sociale

Carte des interactions sur Twitter - #mtl2013 #polmtl #cmmtl 2 novembre 2013, 21h30
Carte des interactions sur Twitter – #mtl2013 #polmtl #ccmtl 2 novembre 2013, 21h30 (Nexalogie)

Marco Fortier, journaliste pour Le Devoir, a donné un bref aperçu de l’activité des candidats à la mairie de Montréal sur les médias sociaux.  Je ne crois pas qu’il s’en trouve pour nier que les réseaux sociaux constituent un canal de plus à intégrer dans une stratégie de communication.

Mais l’adoption de nouveaux usages ne change pas nécessairement notre façon de voir le monde. Si les tweets et les publications sur Facebook remplacent les communiqués sur les fils de presse, on utilise encore les réseaux sociaux comme un média de masse, c’est à dire, d’abord pour diffuser un message, puis, quelquefois, pour interagir avec d’autres internautes. Rarement est-il question d’écouter ce qui ce dit sur un sujet donné avant de prendre la parole.

L’écoute sociale en quelques cas:

Écouter pour mieux communiquer

Dimanche, 3 novembre, je me joindrai à l’équipe de CIBL (101,5 à Montréal) qui, pour la soirée des élections, ouvrira les portes de son studio au public, au coin des rues Saint-Laurent et Sainte-Catherine.

J’utiliserai le logiciel développé par Nexalogie pour analyser les contenus et les interactions sur les flux #mtl2013, #polmtl et #cmmtl. Je partagerai mes observations avec les animateurs et commentateurs qui seront sur place et, également avec l’audience de CIBL.

Il faut être familier avec les interfaces de requête et de production de rapports, ainsi qu’avec les concepts (et pièges) de l’analyse de données. Cependant, Nexalogie a développé une interface qui s’adresse au grand public. Les internautes peuvent donc dès maintenant visualiser les sujets des tweets, les liens qui sont échangés et les comptes qui sont les plus actifs.

L’activité des flux des principaux mots-clés (hashtag) sur Twitter peut être visualisée en français et en anglais:

Élection Montréal sur Twitter en français

Élection Montréal sur Twitter en anglais

La #charte sur Twitter: les mots dépassent-ils la pensée ?

Analyse du contenu et des interactions à propos de la Charte des valeurs québécoises sur Twitter.

Projet lancé à 00h00 le 12 septembre 2013, avec le logiciel d’analyse de Nexalogy. Données recueillies en français (#charte et charte AND polqc) et en anglais (#charte et charter + (qc OR quebec OR polqc)).

Campagne de recrutement - Lakeridge Health

Depuis jeudi dernier, le grand gagnant (flux français et anglais) de l’agitation sur Twitter est un hôpital en Ontario qui est à la recherche de personnel et qui a rapidement repéré l’opportunité. Les hyperliens menant vers la page Facebook de la campagne, ainsi que les différentes affiches publicitaires se sont rapidement propagées parmi les flux sous observation.

Dans l’ensemble, la cartographie des thèmes et groupes lexicaux présente un enchevêtrement confus d’émotions, d’accusations, de sarcasmes et de liens d’actualité. Les appels à l’unité y sont à peine visibles car trop peu fréquents.

Religion et politique

Parmi les thèmes présents, celui de la religion est prépondérant. C’est de l’Islam, plus que toute autre religion, dont il est surtout question; notamment, au sujet du port du voile.

Depuis samedi dernier, jour de la manifestation contre la charte, une thématique a pris de l’ampleur: les droits des femmes. Le mot « femmes » figure au 7e rang des 200 mots les plus fréquents. En marge des autres groupes lexicaux, celui-ci fait état des enjeux entre féminisme et pratiques religieuses.

La politique provinciale occupe une part importante des contenus. De nombreuses publications sont des déclarations partisanes qui concernent plus le Parti Québécois que le contenu de la charte.

Carte lexicale du flux #charte - en français - sur Twitter
Carte lexicale des contenus du flux #charte, en français, sur Twitter, 12 au 16 septembre 2013 (Nexalogy)

Société distincte ?

À la différence du flux français,  le flux anglais a de nombreux contributeurs hors-Québec. Là aussi, la politique s’est invitée:  les personnalités de 4 partis fédéraux sont très fréquemment mentionnées (au bas de la carte) et le commentaire d’un député conservateur (Jason Kenney, tout en haut de la carte) a abondamment circulé.

L’intégration des immigrants, les valeurs partagées et la laïcité, ne sont pas des sujets de controverse qui sont spécifiques au Québec : de nombreux liens échangés proviennent de sources hors-Québec et font référence à des controverses qui ont lieu dans d’autres provinces.

Carte lexicale du flux #charte - en anglais - sur Twitter
Carte lexicale des contenus du flux #charte, en anglais, sur Twitter, 12 au 16 septembre 2013 (Nexalogy)

Quelles valeurs ?

Des 200 mots les plus fréquents parmi les 16 200 tweets recueillis jusqu’à présent sur le flux français, 4 termes font références à des valeurs :

  • 5.  laïcité (575 fois)
  • 37. inclusif (225 fois)
  • 75. égalité (143)
  • 90. liberté (133 fois)

Des 200 mots les plus fréquents parmi les 11 500 tweets recueillis jusqu’à présent sur le flux en anglais, 6 termes font références à des valeurs :

  • 36. secularism (167 fois)
  • 72. freedom (104 fois)
  • 87. diversity (82 fois)
  • 168. freedoms (50 fois)
  • 183. equality (46 fois)
  • 199. inclusive (43 fois)

Quel débat ?

Dans un billet qu’il a publié ce dimanche, Clément Laberge se demande si l’instantanéité, n’étouffe pas le débat.

On peut-tu prendre un break? Une semaine? Pour laisser retomber un peu la poussière. Pour se donner le temps de lire les documents auxquels on fait référence, pour écouter attentivement les défenseurs et les opposants — et les amener à expliquer ce qu’ils appuient et ce qu’ils dénoncent dans la proposition. Pour sortir des antagonismes et créer un climat plus propice à l’expression des nuances et à la formulation de propositions alternatives — parce que le document peut certainement être amélioré; et qu’il a d’ailleurs été présenté comme tel.

Cette réflexion rappelle le dernier ouvrage de Douglas Rushkoff, Present Schock – When everything happens now, où il présente les effets sur notre comportement, d’une existance en temps réel. Au cours d’une entrevue, il illustre bien l’effet de l’instantanéité sur nos conversations numériques:

Remember those early conversations on the Well? We got to sound smarter than we were in real life, because we had all the time in the world to respond. They were asynchronous conversations, fully consonant with the asynchronous character of digital technology. When we strap this stuff to our bodies and respond to each vibration, we are turning them into something very different.

 

 

 

 

Hack journalisme et révolution de l’information

Les données sont la matière brute de l’information.

Raw data is an oxymoron, Lisa Gitelman, MIT Press

Si la mise en disponibilité de données ne suscite pas encore une avalanche de demandes de citoyens à la Table de concertation des données ouvertes, comme l’a déploré Stéphane Guidoin, les données constituent dorénavant un élément essentiels des salles de rédaction.

Les 15 et 16 juin derniers, Hack Journalisme (bravo aux organisateurs) attiré des participants très majoritairement composée de gens des médias et non de gens du Web, comme habituellement, lors des très nombreux événements organisés autour des usages du Web. Pourquoi ?

L’information comme sujet et non la technologie

Parce que le sujet de l’activité est l’information et non le Web (ou le numérique): le contenu plutôt que le contenant. D’ailleurs, la première journée a débuté avec des conférences/ateliers données par des professionnels de l’information.

Autre élément remarquable: l’inclusion de domaines d’expertise (géomatique, statistique) que seuls les événement sur les données ouvertes m’avaient donné l’opportunité de croiser.

J’ai apprécié le récit de Nicolas Delffon, géomaticien, qui, ces études en géographie à peine terminées, voit une partie de son apprentissage remis en question par la technologie de géolocalisation de Google Earth et les plateformes de cartographie collaborative. J’aimerais voir plus d’experts de secteurs divers, notamment, le domaine scientifique, nous parler de leur révolution de l’information.

Je crois que le temps de la découverte du numérique est passé et que nous devons maintenant contribuer à la mutation des métiers et à la pluridisciplinarité des équipes de production de contenu.

Ce qui s’y est dit

Ma sélection de tweets publiés lors de la première journée de Hack Journalisme: Hack Journalisme Montréal – 15 juin 2013 #hjmtl

La sélection et les commentaires de Jean-François Parent, journaliste financier (Finance & Investissement) sur l’ensemble de l’événement : HJMTL Hackjournalisme.

Plan numérique ou révolution de l’information ?

Moi aussi je suis étonnée. Pas tant en raison du retard numérique du Québec (les appels pour l’adoption d’un plan numérique ne datent pas d’hier), mais en regard des demandes exprimées au travers des propositions contenues dans la lettre.

Je suis tout aussi étonnée de la démarche choisie, par les tenants du web 2.0, pour les formuler et les communiquer publiquement. Comment faire la leçon du web 2.0 et de la démocratie ouverte aux entreprises et administrations publiques lorsqu’on emploie la même stratégie de communication ?

Agence gouvernementale

Proposer une nouvelle structure me semble d’un autre âge: celui du « on va mettre un homme là-dessus ». Ceci est une façon commode de déléguer le problème à un appareil administratif; on l’extériorise et on démobilise et on déresponsabilise ceux qui devraient être les acteurs des solutions de changement.

 Priorité au « numérique »

Le « quelque chose » numérique est un outil, un moyen d’arriver à des fins spécifiques. Je crois que c’est le changement de culture qui constitue la priorité. Sans ce changement, dans nos usages personnels, en société, en entreprise et, surtout dans nos administrations publiques, nous ne pourrons profiter pleinement des avantages des technologies de l’information. C’est comme être organisés comme des moines copistes à l’ère de l’imprimerie.

On ne peut pas critiquer une solution sans apporter de contribution à la démarche de résolution de problème. En prévision de l’ouverture du blogue annoncé par un des signataires de la lettre, Mario Asselin, voici comment je décrypte le problème et quelle est la piste de solution proposée.

Appel au changement

Cet appel au gouvernement pour un plan numérique est un appel au changement. Ce changement n’est pas de nature technologique, mais de nature profondément humaine. Les technologies de l’information, contrairement à ce qui est prétendu par les vendeurs de « solutions » ne sont que des instruments ou, au mieux, des catalyseurs: votre prochain projet numérique pourrait changer votre entreprise.

Donc, ce changement c’est revoir nos rapports:

  • comme citoyens, avec ceux à qui nous accordons la permission de nous représenter pour gérer nos collectivités dans notre intérêt commun.
  • comme employés ou patrons, au sein des organisations afin d’être reconnus pour nos compétences et nos contributions, et non pour le contrôle que nous exerçons sur l’information .
  • comme individus sociaux afin d’être connectés au monde qui nous entoure pour que nous réalisions que nos choix et nos actions individuels ont des conséquences à l’échelle planétaire.

Au coeur du plan numérique: l’information

« Privilégier le savoir sur l’avoir », énonce la 5e des 6 demandes, mais ce n’est pas le savoir, c’est l’information qui est au coeur de cette transformation. Une information surabondante qui est, paradoxalement, si difficile à trouver et à exploiter pour nos objectifs humains.

C’est le développement de nos capacités à analyser l’information, à la synthétiser et à raisonner et à prendre des décisions que nous devrions cibler derrière ce plan numérique. « Education is the new oil » a lancé Jim Whitehurst, le PDG de Red Hat, au cours d’une conférence TED sur l’économie de la révolution de l’information. Le savoir résulte de l’interaction de nos capacités intellectuelles avec l’information.

Si nous choisissons de privilégier le savoir sur l’avoir, c’est l’accès à l’information qu’il faut assurer par les moyens suivants:

  • Gouvernance de l’information
  • Gouvernance de projets
  • Ouverture des données publiques
  • Choix de technologies libres autant que possibles
  • Accessibilité de l’information pour tous : personnes handicapées, moins nanties, vivant en région éloignée.

Écoute et engagement sur le Web social

Hashtag-ifying for a better democracy

Engagement civique - Indicateur du Vivre mieux, OCDE
Engagement civique au Canada – Indicateur du Vivre mieux, OCDE

La présentation que Claude Théoret et moi avions proposée à South By Southwest dans la catégorie «Government and Civic Engagement» n’a pas été retenue. Dommage. En voici les grandes lignes :

In an era of unprecedented cynicism and distrust towards the electoral process, the self-organization of the social web is becoming a new space of civic engagement. Are hashtags the town halls of the future? Lessons learned from the student uprising in Québec.

  • How is trust established in policy debate online?
  • Why are facts sacred (and opinion worthless)?
  • Why should you engage with your adversaries?
  • What policy makers can learn from social listening?
  • Why is the emergence of the interest graph so important for policy planning?
Nous aimerions bien la réaliser, car le concept de l’engagement est un des piliers de la nouvelle économie du partage (voir l’article mentionné dans mon billet sur le sociofinancement ou financement collaboratif).

Twitter, mots-clics et démocratie à La Sphère (entrevue)

Josée Plamondon au micro de La Sphère
© Radio-Canada / Philippe Couture

Qu’est-ce que le conflit étudiant peut nous apprendre sur l’engagement civique et les réseaux sociaux ?

Lors de cette entrevue* donnée aujourd’hui à l’émission La Sphère, sur Radio-Canada, l’animateur Matthieu Dugal m’interroge sur la question de Twitter, des mots-clics et de la démocratie dans le contexte  de la conférence que Claude Théoret (Nexalogy) et moi espérons donner en mars prochain, à South By SouthWest (SXSW).

      Écoutez l'entrevue à Radio-Canada - La Sphère :

Ou bien télécharger le fichier mp3.

Écouter pour mieux se connecter aux réseaux

« Connexion » est le concept qui devrait se trouver au centre de toute stratégie de communication. Pour se connecter avec  les bonnes personnes (ouvertes, réceptives, ayant besoin d’information ou d’attention), il faut d’abord les repérer, puis les écouter et, par la suite, interagir.

Ces derniers jours, à lire les commentaires dans le Globe and Mail et sur les pages FB d’amis anglophones, on se croirait en 1976, après la première élection du PQ. Je constate que les médias anglophones n’en ont eu que pour la politique linguistique et la souveraineté alors que ces enjeux étaient bien secondaires dans les médias francophones et sur les médias sociaux. On constate la même différence avec les liens les plus retweetés (le plus souvent, des articles de journaux) par les anglophones et les francophones.

Le fossé des enjeux

Sauf sur quelques plateformes de média citoyen, les deux groupes linguistiques se sont peu engagés sur les mêmes enjeux. Si on fait abstraction des répercussions de l’attentat, au lendemain des élections, les échanges des citoyens anglophones se sont cristallisés autour de leurs principales préoccupations face à un gouvernement du Parti Québécois (même minoritaire). La carte lexicale des échanges en anglais sur Twitter (flux des principaux hashtags employés au cours de la campagne) relève clairement les préoccupations liées aux droits linguistiques, à la question nationale et à l’identité (québécois vs les autres). Il y a là un malaise sur lequel les élus devraient se pencher urgemment.

Dès que la question de l’identité est abordée, on n’est jamais loin de la loi de Godwin (le mot « hitler » a été suffisamment employé pour se trouver en périphérie de la carte lexicale (sur la gauche et à mi-hauteur du graphique).

Carte lexicale - Élections Québec - Anglais
Nexalogy - Carte lexicale des échanges en anglais - Élections, Québec, 05/09/2012

À l’écoute des citoyens ?

Les politiciens ne devraient pas déserter les médias sociaux après les élections. Ils devraient les utiliser pour se tenir à l’écoute des citoyens et pour les informer de leurs projets, pour engager avec eux des échanges constructifs et pour faire remonter dans l’appareil politique les préoccupations susceptibles de faire obstacle à ces projets. On a beaucoup parler de la présence des candidats sur les médias sociaux, cependant ils s’en sont servis comme tribune pour livrer leurs messages,  dans une démarche de communication traditionnelle (à sens unique).

Politique micro et hyperlocale ?

La notoriété d’un individu, la popularité d’un compte (nombre d’abonnés, nombre de tweets) et la viralité d’un contenu ont retenu l’attention des médias. C’est une perspective de média de masse, une approche macro et de plus, en temps réel, sans le temps nécessaire à l’analyse et la mise en contexte. Il faut encore du temps pour apprivoiser le nouvel écosystème informationnel et de nouveaux outils d’analyse et d’interprétation. Pour les professionnels de l’information et les politiciens, il y de nombreux usages en mode micro à développer et à expérimenter. Verrons-nous des partis tenir des assemblées de cuisine impromptues sur Twitter ?

Mise à jour 2012/09/07

À propos de ma démarche

En portant attention aux contenus des échanges et des hyperliens sur Twitter au cours de la campagne, j’ai repéré des différences; la reconnaissance de formes (patterns), surtout dans les flux informationnels, me passionne. J’ai, par la suite, vérifié ce qui m’apparaissait comme un signal en effectuant deux requêtes dans une base de données (flux des principaux hashtags sur Twitter).

Le billet que j’ai écris ne fait que partager l’observation des résultats obtenus. N’ayant pas l’expertise requise pour l’analyser et l’interpréter, je ne peux que commenter et souhaiter que d’autres spécialistes s’y intéressent et, en retour, partagent leurs réflexions.

Élections 2012 : capital de confiance et bataille des faits

Le débat des partis a lieu ce soir (dimanche 19 août). Les candidats se livreront à une joute oratoire dont nous seront les spectateurs. Je retiens 2 choses:

Capital social, capital de confiance

L’importance, pour les individus et partis, de constituer un capital social en développant et en entretenant un réseau de relations bâti sur la confiance, la crédibilité et le partage des connaissances (information, expertise, expérience).

Bataille des faits

Dans un débat, où chacun des participants aura préparé son arsenal de vérités et de statistiques, et où les citoyens par médias sociaux interposés pourront y apporter leurs commentaires, les professionnels de l’information jouent également de leur capital de confiance.

Conversation

Changer la façon de faire de la politique… malgré elle

Les commentaires très pertinents de Marc Levasseur, spécialiste en communication et affaires publiques (qui emploie également la technologie de Nexalogy), à propos de mon précédent billet, m’obligent à y apporter quelques précisions.

Qui est actif sur Twitter ? Des gens ordinaires ou des professionnels de la communication ?

Twitter est un microcosme, on y trouve même des robots. Ceux-ce composeraient une bonne partie des abonnés des grandes marques et des personnalités médiatiques. Ce politicien italien se défend bien d’avoir une audience plus ou moins réelle.

Cependant, contrairement aux médias traditionnels, les plateformes de publication et les réseaux de diffusion sur Internet sont accessibles à chacun. Il est donc fort plus probable qu’il y ait du « vrai monde » sur les réseaux sociaux.

Twitter (ou Facebook) ne représente pas la réalité, mais il cependant un excellent laboratoire pour les nouveaux usages. Je m’efforce d’observer les interactions et contenus échangés en faisant abstraction des usages politiques conventionnels. La pratique de la veille concurrentielle m’a appris à sortir de mon cadre de référence pour déceler les signaux faibles du changement.

Les 2 cas cités sont-ils des initiatives pilotées par des partis politiques ?

Les deux cas retenus dans le précédent billet permettent de mettre en évidence des pratiques moins organisées, moins structurées, moins populaires (donc moins facilement repérables), mais qui sont les signaux faibles d’une appropriation croissante des réseaux sociaux pour des enjeux civiques. De nombreux utilisateurs de Facebook et Twitter constatent d’ailleurs la politisation croissante (sujets incluant les conflits et causes mondiales) du contenu des flux qu’ils suivent. Martin Lessard (dont le billet Faire de la politique autrement est à lire) et moi avons souvent discuté de la prédominance des pratiques commerciales sur les usages civiques sur les médias sociaux.

Même si Geneviève Tardif (L’obstineuse) bénéficiait de conseils professionnels pour sa présence numérique, il demeure que cette initiative sera sans doute suivie par d’autres individus, quelque soit leur motivation.

Peut-on donc réellement parler de dialogue et d’écoute? De participation citoyenne? Ou plutôt de débats entre partis qui se font par personnes ou plutôt par profils interposés?

Je mets de côté les évidences afin de repérer les signaux faibles du changement. Je souligne qu’il n’y a pas encore réellement d’écoute et de dialogue de la part des organisations politiques. Cependant, il y a des échanges entre individus politisés (pas nécessairement   identifiés comme militants actifs pour un parti). La force des ces interactions, même si elles ne durent pas et ne concernent que quelques individus, est leur grand nombre, leur spontanéité et leur formation organique (facteur essentiel du nouvel écosystème des relations, voir « wirearchy » dans ce billet). Si les organisations n’entrent pas dans les conversations, elles s’éloignent de leur base et perdent l’avantage de la proximité qu’offre Internet. Voir mon billet sur la présence et le comportement du SPVM sur Twitter pendant les manifestations étudiantes.

Pour que les organisations politiques aient des stratégies réellement efficaces sur les médias sociaux, il faudrait qu’elles soient plus agiles et qu’elles intègrent les activités de certains de leurs partisans qui sont actifs et bien implantés dans leurs réseaux (et non leurs militants, pas assez spontanés, trop ligne de parti). Les usages actuels donnent à penser qu’on emploie un outil 2.0 dans des stratégies de communication (marketing) pour faire de la politique traditionnelle.

Les organisations changent, et souvent, malgré elles. Tout comme en entreprise, où les nouvelles générations (X, Y, natifs du numérique) ont secoué la culture organisationnelle, les citoyens changent la façon de faire de la politique.