Archives pour l'étiquette contrôle

La presse en acte de déni de la révolution appréhendée

…et ce n’est malheureusement pas le seul secteur d’activité à souffrir de ce problème.

Les modèles d’affaires basés sur des technologies et sur des modes de distribution dépassés par le Web (presses, galettes de plastiques, bobines de film) sont forcés au changement par l’adoption, et plus encore, par l’appropriation massive de nouvelles technologies. Les usages évoluent beaucoup plus rapidement que ces industries qui comptent pourtant parmi elles un bon nombre d’utilisateurs des nouvelles technologies.

Question: pourquoi ces industries persistent-elles à nager à contre-courant?

Réponse avancée par Clay Shirky, gourou du numérique dans son très long billet,  Newspapers and Thinking the Unthinkable.

When someone demands to know how we are going to replace newspapers, they are really demanding to be told that we are not living through a revolution. They are demanding to be told that old systems won’t break before new systems are in place. They are demanding to be told that ancient social bargains aren’t in peril, that core institutions will be spared, that new methods of spreading information will improve previous practice rather than upending it. They are demanding to be lied to.

There are fewer and fewer people who can convincingly tell such a lie.

Shriky mentionne que les révolutions technologiques comme celle de l’imprimerie surviennent si rapidement que les industries concernées ont peine à s’adapter. Le processus de changement et de renouvellement des modèles d’affaires requérant beaucoup de temps pour expérimenter de nouvelles voies.

Sa perspective sur la presse (fin possible) et sur le journalisme (Society doesn’t need newspapers. What we need is journalism.) a suscité de très nombreux commentaires.

Nouveaux médias et désintermédiation

Le Web permet de s’auto-produire et de s’auto-distribuer facilement et, ainsi de réduire ou éliminer certains intermédiaires pour accéder de manière plus directe à un public. La désintermédiation, un changement dans la chaîne déjà amorcé dans l’industrie du disque,  se retrouve également dans les domaines de l’édition.

Déjà notée dans ce carnet, la désintermédiation est un des constats du rapport Patino sur le livre numérique (France).

Commentaire de  Jon Reed, auteur du blogue Publishing Talk (UK), sur les (possibles) nouveaux rôles des éditeurs, qu’il s’agisse de journaux, magazines ou livres.

The possibility of publishing increasingly becoming an activity done by authors rather than (or as well as) publishers is a very real one.

So will publishing as we know it become a service industry and provide production and marketing services to authors? Will it become a rights business? Will its value be in editorial judgment, gatekeeping and filtering? In providing a brand identity?

Imprimer facilement (surtout à moindre coût) un journal ou magazine. Printcasting, un projet financé par la fondation Knight (News Challenge) : Preserving the news and information function of local communities in a sustainable way, like creating a local printable newspaper.

Et l'infrastructure technologique ?

Une lettre d’opinion de Jonathan Vianou, journaliste et ingénieur, dans Le Devoir, relève l’absence de mesures concernant l’infrastructure technologique dans le budget fédéral récemment présenté le gouverment de Stephen Harper.

Les programmes d’infrastructure qui y sont présentés sont créateurs d’emploi et essentiels au maintien des voies de transport, cependant, selon M. Vianou, il y a de quoi s’alarmer du manque d’intérêt pour le développement de l’économie numérique au Canada.

Dans l’économie du savoir, Internet haute vitesse doit être considéré comme essentiel, au même titre que la poste, le téléphone et la télévision. Or, le Canada perd progressivement son leadership à ce chapitre. Deuxième en 2002 parmi les 30 pays membres de l’OCDE, en termes d’abonnés à Internet haute vitesse, il récolte maintenant une 10e position. Pire, il se classe 27e pour son rapport qualité de vitesse et prix! Sans compter que la limite de téléchargement moyenne canadienne de 60 Go par mois est rapidement atteinte, comparativement à celle américaine, qui est de 250 Go.

Le Canada ne semble pas vouloir suivre les propositions de l’OCDE pour l’intégration de la cyberéconomie. De sa position de tête, en 2001, le Canada a rapidement perdu du terrain, tant pour la tarification que pour laqualité du service.

Chiffres pour le moins déconcertants publiés par  David Crane, un chroniqueur de la revue d’affaires BCBusiness dans son article From First to Worst:

Canada’s broadband prices are higher than 20 other countries in the Organization for Economic Co-operation and Development (OECD). In fact, Canadian prices are nearly 30 times as high as those in Japan, 12 times as high as in France, 11 times as high as in Sweden and just over 10 times as high as in Korea.

Canada also has one of the slowest average advertised broadband speeds, ranking 15th in the OECD. Compared with Canada, Japan’s downloading speeds are nearly 12 times as fast, France’s and Korea’s nearly six times as fast and Sweden’s three times as fast.

En milieu rural,  et surtout pour les régions éloignées des centres de services, l’accessibilité aux services par Internet constitue un facteur essentiel du développement économique et social.  Pourtant, l’accès Internet à haute vitesse n’est pas encore disponible sur tout le territoire du Québec, sur la Côte-Nord, en Gaspésie  et même dans certaines aglomérations de l’Estrie. Encore moins accessible sur l’ensemble du territoire canadien (env. 80% des communautés n’y ont pas accès).

Et pour ajouter à la somme des obstacles au développement de la nouvelle économie : la pratique de ralentissement délibéré du trafic (throttling), récemment autorisée par le CRTC,  par les géants des télécommunications.

Le livre numérique – Dématérialisation et désintermédiation

Du rapport, Le livre numérique, présenté par Bruno Patino (Le Monde Interactif) à la Ministre de la culture et de la communication (france), Christine Albanel, des constats très pertinents et des recommandations très sages. Mais surtout des mots clés qui ont un poids certain pour l’orientation des futurs développements.

Dématérialisation

  • En devenant numérique, le livre objet devient livre droit.
  • Déplacement de la valeur de propriété vers la valeur d’usage.

Fragmentation

  • Le livre numérique devient des produits d’exploitation: feuilleton via téléphone portable, commentaires de l’auteur, vidéo d’entrevue, documents inédits.
  • Également, pourquoi ne pas y relier les études ou thèses qui auraient été publiées sur l’auteur ou le sujet, des schémas, des index, les meilleures citations et même les meilleurs commentaires ou pastiches des lecteurs.

Désintermédiation

  • Multiplication des nouveaux modes de communication.
  • Le maillon faible de la chaîne sera (est déjà ?) la diffusion et la distribution.

Interopérabilité

  • Émergence d’une grande variété de supports (du téléphone portable à la tablette de lecture, en passant par la console de jeu).
  • Des DRM, oui, mais avec des solutions qui favorisent l’interopérabilité.

Propriété intellectuelle

  • Puisque des acteurs qui n’appartiennent pas au secteur du livre sur papier peuvent s’y inviter (certains, comme Orange, le feraient très bientôt) il faut favoriser au maximum les détenteurs de droits.
  • Préserver la relation auteur-éditeur: rester dans le cadre d’un contrat unique pour favoriser un continuum d’exploitation d’une même œuvre. L’ajout d’une clause spécifique relève des relations contractuelles entre les auteurs et les éditeurs.
  • Éviter à tout prix la mise en place de formats propriétaires, qui risquent de favoriser l’appropriation de la valeur par un opérateur technique (ex.: Amazon avec sa tablette de lecture).

Métadonnées structurées

  • Structurer les métadonnées (format commun pour les grands flux d’information comme Électre).
  • Non seulement rapprocher les bases des acteurs, mais les transformer en une base unique dont les conditions d’accès devront être repensées.
  • Si les métadonnées permettent en partie d’authentifier les œuvres numériques (comment s’assurer qu’il s’agit bien d’une œuvre de l’auteur, de la bonne version, etc.), il faudra compter sur la communauté d’intérêt pour valider et relier entre eux les différents fragments de contenu (comme Wikipédia).

Neutralité du web encore remise en cause – Virgin Media

Près de 800 abonnés au service d’accès Internet de Virgin Media ont reçu une lettre les avisant de possibles actions (dont la suspension de la connexion) qui pourraient être entreprises par les représentants de l’industrie de la musique. Le fournisseur d’accès a fourni à la British Phonographic Industry les adresses IP de ses abonnés qui participent (et ont participé) à des échanges de fichiers.

Dans une vidéo, l’Open Rights Group dénonce cette brèche dans la protection des renseignements personnels, sans absoudre entièrement les internautes qui échanges des fichiers de musique. Le groupe propose la formulation de licences d’utilisation plus souples, plus adaptées au nouveau mode de diffusion et plus justes pour les auteurs, interprètes et compositeurs.

Même si Virgin se pose en éducateur, cette action qui visait principalement les jeunes n’est pas la meilleure façon de traiter les fans.

C’était à prévoir: derrière les beaux principes…

Torrent Freak rapporte que lors d’une entrevue pour une publication professionnelle, en avril dernier, le tout récent PDG de Virgin Media avait qualifié le concept de neutralité du web de load of bollocks et avait annoncé que certains abonnés prêts à payer un extra aurait un accès plus rapide, pour les autres, il y aurait the Internet bus lane

Téléchargement de vidéos: plus rapide chez Bell Video?

Bell, déjà impliqué dans la controverse du ralentissement délibéré du trafic sur Internet, ouvre son site de distribution de vidéos.

Commentaires du blogueur techno du Globe & Mail, Jack Kapica, suivis des commentaires non moins virulents des lecteurs du journal.

À suivre très certainement sur le blogue de Michael Geist.

Amazon malmène les éditeurs

Amazon accusé de bullying (intimidation) de part d’autre de l’Atlantique.

Éditeurs américains contraints de suivre les choix technologiques d’Amazon, ici BookSurge son service d’impression sur demande (Print-on-demand), sous peine de voir retirer certaines fonctionnalités essentielles à la vente de leurs titres sur le site d’Amazon ou plus, directement, être retiré du site.

Éditeurs britanniques contraints à des réductions substantielles de leur prix de gros sous peine de voir la commande d’achat disparaître des pages de leurs titres.

Un analyste financier, auteur/éditeur d’un ouvrage vendu sur Amazon, dénonce cette approche jugée non nécessaire en raison du positionnement dominant de l’entreprise. Il fournit même un lien vers une pétition.

Tim O’Reilly, auteur, éditeur et ayant également des ouvrages en vente sur Amazon, signale que l’entreprise menace l’écosystème qui l’a depuis toujours permis de se développer.

Bell Canada et le ralentissement délibéré du trafic Internet

L’Union des consommateurs vient de joindre sa voix à celles de milliers d’individus et d’organisations au Canada pour dénoncer une pratique illégale de Bell Canada. Le CRTC a reçu la requête de l’UC.

Bell Canada, et bien d’autres fournisseurs d’accès Internet, sont pointés du doigt depuis plusieurs mois pour délibérément ralentir le trafic pour certaines applications (notamment le téléchargement de fichiers mp3 et de vidéos).

Dépôt de plaintes auprès du CRTC.

Vuze, une plateforme de téléchargement de vidéos (Bit Torrent) offre un plugiciel gratuit permettant de détecter les interruptions délibérées du trafic par les fournisseurs d’accès.