Rayonnage pour charges lourdes.

Portail de données ouvertes: catalyseur ou cimetière de données?

Initialement publié dans le blogue de Direction informatique, le 20 septembre 2015.

Rayonnage pour charges lourdes.
Rayonnages pour charges lourdes.

A-t-on accordé trop de place à la technologie dans les programmes de données ouvertes des administrations publiques?  

Si les hackathons  et activités de co-création font désormais partie de la boîte à outils participatifs des villes dites intelligentes, il semble que ce soit bien calme du côté des portails de données ouvertes au Québec. Et s’il fallait provoquer la rencontre de l’offre et de la demande pour éviter que ces portails ne se transforment en cimetières de données?

Animation: au-delà des hackathons

Pourquoi animer un portail de données ouvertes? Parce qu’il ne suffit pas de rassembler des gens au cours d’un événement pour que soudainement une communauté prenne racine, s’établisse dans la durée et crée des services innovants.  Trop souvent, une animation ponctuelle, comme un hackathon, se limite à une compétition qui rapporte, au final, bien peu aux organisateurs comme aux participants.

Simon Chignard, éditeur des données d’Etalab, le service de libération de données du gouvernement français, a publié un billet sur les défis et limites des hackathons qui fournit les pistes de solution.

Faute d’avoir défini, clarifié et partagé en amont les objectifs, on risque d’être un peu déçu par la réalité des réalisations. De la même manière qu’un Start-Up Week-End (marque déposée, sic) fait émerger des idées d’entreprises (et non des entreprises elles-même), le hackathon fait émerger des idées de service, éventuellement des prototypes. Mais le passage à la phase opérationnelle demande bien souvent un effort supplémentaire.

Médiation et apprentissage

Les données sont de la matière brute qu’il faut savoir manipuler et les objets qu’elles décrivent, comme des budgets ou des contrats publics, sont plus complexes qu’on le croit trop souvent. Même si les données étaient toujours complètes et de bonne qualité, il n’est pas à la portée de tous d’ouvrir les fichiers, d’en comprendre le contenu et de trouver un outil qui permette d’en extraire de l’information. Le risque de voir s’élever un mur entre ces ressources informationnelles et leurs utilisateurs potentiels est très élevé. Avec pour conséquence, la perte de la valeur que représente l’accès aux données.

Selon David Low, développeur et promoteur du code source ouvert, c’est ce qui arrive si l’organisation ne fournit pas les moyens de les comprendre et de les exploiter — tels qu’une bonne documentation et des applications en libre-service.

Co-production et enrichissement  de données 

Alors que nous sommes tous devenus des producteurs de contenu en puissance et que nous attendons de toute forme d’organisation qu’elle interagisse avec nous, il apparaîtrait naturel qu’un portail de données ouvertes soit lui-même ouvert aux échanges avec les utilisateurs et fasse appel aux citoyens afin de contribuer à la production de données d’intérêt public.

C’est ce que propose la plateforme ouverte des données publiques françaises :

… les citoyens, les chercheurs, les entreprises peuvent compléter, enrichir, améliorer les données, notamment en partageant les réutilisations nombreuses qu’ils en font. De même, cette logique de coconstruction s’étend aux données produites par les citoyens eux-mêmes, et notamment les grandes associations contributives comme OpenStreetMap, OpenMétéo Foundation, OpenFoodfact, etc. Il y a là un réservoir de savoirs qui complètent et enrichissent considérablement les données produites par l’administration.

C’est ce qu’offre également la Fondation Internet nouvelle génération (toujours en France),  par le biais de « chasses aux données » où les citoyens contribuent à documenter des besoins et des usages en énergie et en santé.

Modernisation de l’État et porosité gouvernementale

Parmi les raisons qui motivent le gouvernement français à développer des politiques et à investir des ressources pour valoriser les données publiques, il en est une que tous nos niveaux de gouvernements devraient considérer sans tarder. C’est celle qui trace le chemin vers la transition numérique des administrations publiques et, du même coup, vers la modernisation de l’action publique.

… l’open data est la première marche vers ce que l’on appelle parfois « l’administration comme une plate-forme » : apprendre à travailler avec les citoyens, leur fournir les ressources qui leur permettent d’innover, d’inventer de nouveaux services, et parfois, profiter de cette dynamique pour entrer dans des démarches d’innovation ouverte (attirer à soi l’innovation de l’extérieur).

Cela est l’un des quatre points d’ancrage de la volonté gouvernementale sur l’ouverture des données publiques et la modernisation de l’État.

De la gestion à l’édition des données

Au-delà des projets d’animation et du développement d’outils, Il faut stimuler la participation, autant interne qu’externe, le transfert de connaissances et piloter des boucles de rétroaction. Ce sont les objectifs d’un éditeur (ou éditrice) principal des données.

Il ne s’agit pas de gérer, mais de conseiller et de proposer une démarche fédératrice qui permette de collaborer avec tous les acteurs concernés. Un rôle qui fait davantage appel à des compétences numériques que technologiques pour la promotion d’une culture de la donnée et, par extension, de l’information.

Pour soutenir l’essor économique, social et culturel des collectivités nous avons tout intérêt à ce que les plateformes de données ouvertes de nos gouvernements soient des catalyseurs pour la modernisation des administrations et la participation citoyenne. Entre produire des catalogues de données et des espaces d’expérimentation agiles, que choisirons-nous?

Laisser un commentaire