silos, Riachuelo

Libérer le potentiel de nos données culturelles ou laisser d’autres en tirer profit

Silos riachuelo

Tu peux produire de l’excellent contenu, mais s’il ne fait pas partie du web, il ne fait pas partie du discours universel.

Tim Berners-Lee, en entrevue avec Jean-François Coderre pour La Presse.

C’est une affirmation que de nombreux états, institutions et entreprises tiennent désormais pour une réalité. Une réalité que plusieurs expérimentent depuis quelques années déjà et qui s’impose encore davantage à ceux qui observent les transformations qui sont à l’œuvre  dans le web , notamment du côté des moteurs de recherche.

Alors, ne devrions-nous pas élaborer une approche stratégique afin de regrouper et de structurer notre offre culturelle plutôt que d’encourager la production de silos d’informations qui sont difficilement exploitables ?

Comment tirer notre épingle du jeu numérique ?

Il faut nous attaquer à la dispersion de l’offre culturelle, d’une part, et d’autre part, à l’absence de vision transverse sur les données. Autrement, incapables de développer nos propres modèles d’exploitation numériques, nous risquons d’être confinés aux rôles de fournisseurs et de clients de plateformes beaucoup plus attractives et efficaces que nos sites web.

Principal défi: sauf dans des domaines, comme les bibliothèques et  les archives, les organisations ont, en général, peu d’intérêt ou de ressources à investir pour la production de métadonnées standards. Cela pourrait cependant changer.

Données structurées pour moteurs de recherche en quête de sens

Les moteurs de recherche privilégient de façon croissante les contenus web dont la description leur est fournie par des données structurées (appelées quelquefois,métadonnées embarquées). Schema est le modèle de métadonnées soutenu par les grands acteurs du numérique, tels que Google, Microsoft et Apple afin d’alimenter les algorithmes qui fournissent de l’information plutôt que des listes de résultats. Google offre même aux développeurs des modèles descriptifs pour des types de contenus dont la liste s’allonge progressivement.

L’utilisation de la base de connaissance Knowledge Graph, d’un modèle de métadonnées qui est dérivé de la syntaxe du web sémantique (RDF ou Resource Description Framework) et d’un  format d’encodage de données liées (JSON-LD ou Java Script Object Notation for Linked Data) témoigne de la préférence de Google pour le web des données et les liens permettant de générer du sens.

Avec Schema, qui facilite l’intégration des données dans des pages HTML (il existe également des extensions spécialisées pour WordPress), les robot indexeurs et les algorithmes des moteurs de recherche deviennent donc beaucoup plus performants. Il n’est déjà plus nécessaire de quitter leur interface pour trouver une information ou découvrir, par exemple, de nouveaux groupes musicaux.

La production de données structurées est une technique qui deviendra rapidement aussi essentielle que l’optimisation de pages web. Mais une technique, aussi efficace soit-elle, n’est qu’un moyen et ne peut remplacer une stratégie.

Regrouper et structurer notre offre culturelle

Les données doivent pouvoir être extraites des silos existants et reliées entre elles grâce à des métadonnées communes. Les éléments d’information produits par chacun des acteurs du milieu des arts et de la culture peuvent ainsi être reliés de façon cohérente afin de constituer une offre d’information globale et riche et de nous fournir une meilleure visibilité sur les données relatives à l’accès et à l’utilisation de contenus.

Comment accompagner la transition ?

Comment extraire les données descriptives des bases de données et les normaliser ? Comment définir les métadonnées qui formeraient les éléments descriptifs essentiels pour permettre de relier entre eux des ensembles de données qui  utilisent des référentiels standards mais différents ? Et, surtout, comment convaincre les producteurs de données de l’importance de l’interopérabilité et de la structuration intelligente des données ?

Dans cette perspective et afin de travailler collectivement à définir des pistes d’action, nos politiques et programmes devraient jeter les bases d’un projet de mise en commun des données culturelles en soutenant:

  • L’adoption des meilleures pratiques en matière d’indexation de contenu avec des métadonnées et une syntaxe de description qui s’adressent aux machines;
  • L’élaboration d’un un ensemble de métadonnées de base (modèle de médiation) qui permette de « faire la traduction » entre les différents standards et vocabulaires employés selon les domaines (musique, cinéma, arts visuels) et les missions (bibliothèque, archives, commerce, gestion de droits);
  • La libération des données qui décrivent nos créations artistiques, nos produits culturels, nos talents et notre patrimoine. Les données ouvertes constituent une première étape vers la diffusion de données ouvertes et liées.
  • L’acquisition des compétences techniques et technologiques qui sont requises afin de concevoir et de maintenir des outils pour faciliter la saisie et la réutilisation des données par les acteurs concernés.
  • L’harmonisation des différents modèles d’indexation documentaire (référentiels transversaux pour la production des données culturelles, cartes d’identité des biens culturels) au sein du Ministère de la Culture et des Communications.
  • Une étroite collaboration entre les institutions et les organismes producteurs de données autour de la rédaction d’une politique des métadonnées culturelles.

On ne devient numérique qu’en le faisant. Mais c’est un chantier qui repose davantage sur la collaboration et la mise en commun de l’information que sur la technologie.

Une réflexion sur “ Libérer le potentiel de nos données culturelles ou laisser d’autres en tirer profit ”

Laisser un commentaire