Élections municipales: affiches électorales sur Twitter

Dimanche soir, j’écoutais Twitter dans l’aquarium de CIBL avec l’équipe de journalistes et d’animateurs. Déçue par ce que j’ai observé par la visualisation de données, j’ai terminé ma soirée électorale en commentant, sur Twitter:

50 nuances de beige. Une carte lexicale d’un ennui… Montréal se cherche un administrateur, pas un visionnaire. #mtl2013 #polmtl

Tout au long de la campagne, les thèmes, porteurs de vision, n’avaient laissé que de faibles traces.  La dynamique n’avait pas changé pendant la dernière journée de la campagne.

Où sont les enjeux ?

C’était prévisible. Au cours de la campagne électorale municipale, sur les flux #mtl2013, #polmtl et #cmmtl, les « affiches électorales virtuelles » ont pratiquement dominé le contenu des publications. Les principaux sujets des publications ont très majoritairement été les candidats(tes) des partis. Les mots les plus fréquemment employés ont été des noms propres et des noms de partis. Quelques mots faisant référence à des thèmes et enjeux de la vie municipale émergeaient, ça et là, mais sans aucune mesure, de façon comparable à la promotion des candidats.

Marketing et communication de masse

Les organisations politiques et leurs agences de communication ont ajouté Twitter à la panoplie des outils et s’en servent à la manière d’un média de masse: pour publier et relancer à répétition un message concernant les activités et bons mots des candidats. Trop peu de candidats s’en sont servi pour écouter les échanges et proposer de l’information utile sur des enjeux précis. Il y en a donc peu, dans cette carte lexicale générée à partir des contenus publiés du  1er août à la fermeture des bureaux de vote, le 3 novembre, à 20h00.

Mtl2013_Lexical_FermBurVot
Carte lexicale des flux #mtl2013 #polmtl #cmmtl (conseil municipal de Montréal), du 1er août au 3 novembre 2013, à 20h00- Nexalogy

Toile de fond: transports collectifs

Quels sujets ou enjeux ont-ils été les plus populaires ? Derrière le changement, thème récurrent en période électorale, ce sont les sujets qui ont trait aux transports collectifs (métro, tramway, SRB ou service rapide par bus) qui ont le plus suscité de publications.

Parmi les 200 mots les plus présents dans les tweets publiés durant cette période, voici ceux qui sont liés à des enjeux ou des thèmes de la politique municipale. Les mots sont suivis de leur rang et de la fréquence de publication :

  • Changement (31e) 1174
  • Métro (72e) 707
  • Tramway (85e) 566
  • Parc (99e) 547
  • SRB (108e) 532
  • Idées (112e) 523
  • Familles (115e) 507
  • Quartier (141e) 437
  • Économique (146e) 429
  • Transparence (157e) 399
  • Idée (161e) 392
  • Enjeux (175e) 371
  • Développement (184e) 361
  • Bus (193e) 354
  • Taxes (195e) 352
  • Étudiants (198e) 349

Opinion publique ou opinion médiatique ?

Les médias constituent la source de la presque totalité des liens échangés. Pendant les 48 heures qui ont précédé le vote, les éditoriaux des quotidiens Le Devoir et La Presse ont été parmi les 5 liens les plus populaires.

Élections du 3 novembre – Pour Bergeron, Bernard Descôteaux, Le Devoir, 2 novembre 2013

Denis Coderre à la mairie , André Pratte, La Presse, 1er novembre 2013

Communiquer, oui, mais quoi ?

L’annonce de l’élection de Denis Coderre à la mairie de Montréal a immédiatement généré de nombreux commentaires dont une grande partie étaient négatifs, ironiques et voire même malicieux. Près de 48 heures après cette annonce, ceux-ci ont disparu de la carte lexicale. Seul un commentaire publié par Gabriel Nadeau-Dubois subsiste car il est abondamment repris. Il témoigne de l’insatisfaction d’une partie de l’électorat face à la faiblesse du contenu proposé.

Carte lexicale - 48 heures après la fermeture des bureaux de vote
Carte lexicale – 48 heures après la fermeture des bureaux de vote (Nexalogy)

Gabriel Nadeau-Dubois, "Cette élection marque le triomphe de la communication vide" - Twitter

Laisser un commentaire