Distribution de masse et individualisation de la consommation

Signalisation: tirez, poussez

Lu dans le cahier Télévisions du journal Le Monde (7-13 juillet 2014).

Maîtriser le code, c’est contrôler la connaissance et la diffusion. Ayants droit et groupes audiovisuels ne l’ont manifestement pas encore bien assimilés. (Olivier Dumons)

La télé rattrapée par les pirates, par Olivier Dumons

Les chaînes cherchent à endiguer l’essor du piratage de leurs contenus numériques. Certaines proposent même de nouer des partenariats avec des sites de copie de programmes.

Nous somme clairement dans une phase de transition. La télévision de rattrapage n’existait pas il y a trois ans. Sous la pression des usages, les ayants droit vont devoir évoluer, la réglementation devra suivre et la manière de commercialiser aussi. On voit bien par exemple qu’un abonnement à bas coût peut régler beaucoup de problèmes. Il nous faut donc inventer des modèles d’affaires qui tiennent compte de ces possibilités techniques plutôt que de sortir un arsenal répressif. » (Philippe Deloeuvre, directeur de la stratégie, France Télévisions)

Les chaînes françaises se cherchent un avenir, par Olivier Dumons

Groupe d’étude « Médias et nouvelles technologies » du Sénat – Réunion des principaux acteurs de l’audiovisuel français afin d’exposer leurs craintes face aux nouveaux acteurs audiovisuels de type Netflix, ainsi que face aux mutations du marché. 25 juin 2014.

Les diffuseurs s’adressaient jusqu’à présent à des foyers avec des réseaux assez encadrés. Aujourd’hui, nous devons nous adresser à des individus distincts, comme dans la téléphonie. /…/ Cette individualisation de la consommation nous affecte fortement car nous n’avons toujours pas trouvé de solutions pour financer le cinéma français avec cette demande individuelle, aussi forte soit-elle. (Manuel Alduy, directeur de Canal+)

Le numérique accélère le déclin de l’antenne, par Joël Morio

Un foyer sur cinq ne dispose que d’une box pour recevoir les programmes, même sir la télévision numérique terrestre reste le premier mode de réception (57,9%). /…/ Les tablettes, ordinateurs et smartphones se substituent doucement mais sûrement à l’écran du salon.

Inversion du courant

À contrario de la distribution de contenu dans un marché de masse:  l’individualisation de la consommation (accéder au contenu que je veux et quand je veux) propulsée par l’adoption généralisée des outils et usages numériques.

Dans l’urgence, recherche de nouveaux modèles de financement, de distribution et de production.

L’individualisation de la consommation requiert , non seulement la maîtrise du code mais surtout, la littératie des données. Celle-ci permet de contextualiser la demande afin que les infrastructures, les acteurs et les contenus puissent s’adapter et demeurer des options.

Laisser un commentaire