Archives de catégorie : Médias mutants

L’effet web sur les médias traditionnels

Presse – Lunettes noires

In 2015, what happened to the news?
L’avenir ne s’annonce pas rose pour les journaux. Une présentation Flash dont les principaux enjeux sont bien relevés dans le blogue de J.M. Salaün.

À voir, le tableau de la durée moyenne des visites pour les 10 plus gros sites sur le Net et les 10 plus importants sites de journaux en ligne.

Hitting the coffin nail on the head of the newspapers
Les journaux sont les artisans de leur propre malheur (ils n’ont pas compris et saisi les opportunités du Net à temps) . Commentaires de BuzzMachine sur l’article du Wall Street Journal.

Presse – Lunettes roses

Un analyste du Crédit Suisse présente ses prédictions optimistes. L’industrie de la presse suit un modèle cyclique et s’en remettra.

La presse (et le journalisme ?) disparaîtra-t-elle au profit de groupes d’intérêt qui maîtriseront les leviers du Net ?

Musique en ligne: de nouveaux modèles

Incursion de l’industrie de la musique vers de nouveaux modèles d’affaires.

D’abord MOG, Un réseau de blogues d’amateurs de musique qui intègre désormais le catalogue d’un service de musique, Rhapsody. Bonne interface de recherche. Abonnement de 12$ par mois. On trouve donc une communauté pour partager des goûts musicaux (ou faire des découvertes) et un bon catalogue (Limewire c’est gratuit, mais c’est un peu n’importe quoi côté catalogage).

Ensuite, Imeem. Ici on peut également, partager, recommander des choix musicaux et écouter gratuitement les pièces musicales à partir du catalogue. Écouter. pas télécharger. La liste des nombreux partenaires de contenus continue de s’allonger. Ceux-ci, comme tout récemment Universal, contribuent à l’accroissement du catalogue (musique et vidéo).

Monople des plateformes et fragmentation des internautes

Open Social et Facebook

Facebook disséminera ses applications vers d’autres réseaux sociaux. Annonce l’ouverture de son architecture aux développeurs qui pourront ainsi développer des API qui tourneront sur FB et les autres plateformes (une seule version).

Rappel: Google est au centre d’Open Social (ouverture des plateformes pour favoriser le développement d’API universels, mouvement auquel Netvibes, entre autres, participe). Lutte entre Google et FB pour devenir la plateforme dominante. À suivre…

Présence éclatée sur le Net

Orkut, Facebook, MySpace et plein d’autres plateformes de réseaux, et récemment Ning, qui se propose comme le réseau des réseaux. Sur Ning, on se crée un profil à l’intérieur du réseau de quelqu’un d’autre ou on crée son propre réseau. Didier Durand, (blogue Media & tech) se porte volontaire pour l’exploration.

Interface universelle pour se disperser sur le Net

Idée de cadeau de Noël ? Une interface unique pour disséminer les contenus et informations de notre choix sur les espaces spécifiés. Si cela existe, me laisser savoir pour que qu’un lien puisse être ajouté ici.

Débat sur le droit d’auteur et médias francophones

Report du passage du projet de loi modifiant l’actuelle loi sur le droit d’auteur. Beaucoup de réactions dans les médias. La campagne en faveur d’une meilleure concertation des différents groupes concernés se poursuit sur Facebook (plus de 23 000 adhésions au Groupe Fair Copyright for Canada à ce jour).

Un widget permet de suivre la revue de presse de Michael Geist (également accessible sur son blogue).

Cisco a pris position sur son blogue.Certains grands journaux nationaux suivent le débat. Que font les médias francophones ? Mis à part Alain Brunet (chroniqueur Arts et spectacles, La Presse) et Nelson Dumais (chroniqueur Technologies, également à La Presse), le débat est absent de nos médias.

Michel Dumais fournit quelques exemples de l’application de la loi actuelle pour la musique et les autres productions (télé, logiciel, textes sur Internet).

Pourtant le projet de loi, défini comme une version dure du Digital Millenium Copyright Act, devrait susciter des discussions entre tous les intervenants, et plus particulièrement ceux du milieu culturel.

Romans SMS

Pour faire suite aux enjeux auxquels doivent faire face les participants de l’industrie du livre, un article assez récent du blogue de Francis Pisani.

La moitié des romans les plus vendus au Japon ont été écrits sur des téléphones portables (moyenne de 400 000 exemplaires vendus). Ces romans s’adressent à un public adolescent et sont publiés par épisodes. Les auteurs font appel aux commentaires des lecteurs; ceux-ci les achètent parce qu’ils considèrent y avoir participé.

Comment le monde de l’édition peut-il intégrer cette nouvelle réalité ? Comment la chaîne documentaire traite-t-elle ces produits ?

Industrie du livre et numérisation

La liseuse d’Amazon, Kindle, ne suscite plus de commentaires (ou ne fait plus la une) des blogueurs du web 2.0 et des sciences de l’info. Prudence, attente de la réponse du marché. Pendant ce temps, ça bouge côté numérique.

Do it yourself

Les sites d’auto édition lulu.com et blurp.com permettent aux auteurs d’éditeur leurs œuvres et offrent un point de rencontre et de services aux différents prestataires de la communauté (révision, traduction, illustration, photographie , etc.). Lulu.com (fondée il y a plus de 5 ans par le co-fondateur de Red Hat, Bob Young, également v-p de la Ligue canadienne de football) peut même mettre un livre en vente sur Amazon.

Une artiste et conceptriste web montréalaise, Marie-Chantal Turgeon (éclaté, coloré et …bilingue), a publié cet automne un premier ouvrage sur Blurp.com.

Le monde de l’édition à l’ère numérique

En France…

Vente en ligne, numérisation et librairies indépendantes. L’Agence régionale pour l’écrit et le livre en Aquitaine (ARPEL) a publié en novembre son rapport intérimaire sur l’impact du numérique sur la librairie indépendante. Ce rapport a pour objectif de formuler des pistes d’action en matière de politique publique. Rapport final attendu en décembre.

Enjeu: amener toute une profession, et pas seulement les plus avancés ou les plus gros d’entre eux, à anticiper au mieux les changements, et à inventer des pratiques nouvelles de l’activité de libraire, adaptées aux besoins des individus de la société de l’information.

Dans la même veine, outre-Manche…

Booksellers Association of the United Kingdom and Ireland vient de publier son plan d’action concernant les enjeux du numérique et de la distribution sur le Net. Ce document fait suite à l’étude de marché publiée en 2006 (Brave new world – Digitalisation of Content: the opportunities for booksellers and The Booksellers Association).

Embracing the digital age: An opportunity for booksellers and the book trade.

Il faut un niveau d’engagement supérieur entre éditeurs et libraires. Sans celui-ci, l’industrie ne pourra bénéficier des opportunités et avantages des innovations technologiques. Il est urgent que tous les participants de l’industrie se familiarisent avec les technologies numériques. Les plus concernés sont les libraires. Il y a un rattrapage à faire côté marketing et développement des marchés.

Deux éléments fondamentaux au développement du marché numérique:

  • Entente sur les standards d’exploitation des données marketing (responsabilité du Book Industry Communications).
  • Extension de l’infrastructure actuelle de l’industrie du livre.

En 2003, le Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO) avait publié une étude sectorielle, Les affaires électroniques et l’industrie de l’édition au Canada. C’est alors la vulnérabilité du secteur à la concurrence étrangère qui est l’enjeu principal et les nouveaux modèles d’affaires électroniques doivent assurer la compétitivité de l’industrie canadienne.

Agrégateurs de nouvelles

Remarqué: médias en ligne offrant une agrégation de nouvelles, incluant celles provenant de d’autres sources, ceci ayant pour objectif de devenir la source d’information préférée.

Blogrunner 

Le New York Times va plus loin avec Blogrunner: actualités provenant de sources diverses (journaux en ligne, blogues et sélection de nouveautés sur le Net).

Le Net comme matière première

Le dernier élément ci-haut mentionné (sélection de nouveautés sur le Net) rejoins particulièrement la vision web 2.0 du poste de rédacteur en chef (editor) décrite par Scott Karp sur Publish2: The editor as curator of all the news on the web.

Reconstructing reporting

On peut pousser plus loin en ajoutant la nouvelle façon de pratiquer le journalisme sur le web, en intégrant le réseau professionnel, les acteurs de l’actualité, les lecteurs, et ce sur différentes plateformes. Voir l’article de Mark Glaser qui décrit 3 époques de journalisme (avant, maintenant et bientôt) , sur MediaShift.

Médias traditionnels et Internet

Statistiques de l’industrie des journaux sur le net

La Newspaper Association of America publie depuis 2003 ses statistiques relatives au volet numérique des activités des journaux membres (Digital Media Resources).

L’Association canadienne des journaux ne présente toujours pas de données relatives aux activités sur le net.

Journaux et magazines et le web 2.0

Aperçu de la présence en ligne (rattrapage) et des initiatives timides des journaux et magazines américains pour s’approprier les nouveaux médias. Rapports (journaux, magazines) du Bivings Group, société conseil spécialisée en communication, encore d’actualité.

Vers de nouveaux modèles de revenus

Après le passage à la gratuité pour le contenu en ligne du New Times, plusieurs réflexions sur les modèles de revenu.

Payer pour quoi?

Payer pour la distribution de contenu (listes, compilation, sélection éditoriale) , payer pour la création de contenu.Reinventing the economics of news . Pour la création, il faudrait que le contenu en ligne se démarque considérablement du contenu papier.

S’inspirer des expériences des plateformes de diffusion vidéo ?

Article du New York Times sur l’influence du net sur la production télévisuelle (et le déplacement des productions vers les plateformes web). Partage des revenus allant jusqu’à 50/50 entre les diffuseurs et les producteurs de contenu.

Rapportée par LostRemote, une entente conclue par ABC.com pour les épisodes de Lost conçus pour diffusion sur le web ( »…pays the writers $800 per webisode and a 1.2-2 percent residual on licensing fees »).

Journaliste – Profession en mutation

Formation des futurs journalistes et nouveaux médias.

Entre le journalisme citoyen et la convergence dans les médias, comment se redéfinit le métier de journaliste. Mêmes préoccupations des deux côtés de l’Atlantique :

Je me sens rabaissé par l’idée de devenir médiateur de conversation.

Back to school: Teaching citizen journalism challenges both profession and professor.

Surprise! Students resistant to new media.

Un bon aperçu de la question et des nouveaux enjeux du métier par Leonard Witt, sur le blogue du Public Journalism Network.

Journalism wants pitcher to be the catcher too.

Nouveaux médias, nouveaux métiers

Rob Curley (Robcurley.com) rapporte des offres d’emploi repérées sur les sites de journaux en ligne.

Jeff Jarvis (BuzzMachine) signale que le Guardian recherche un éditeur de balise (The Guardian wants a tag editor).